Les gendarmes sont à la recherche du moindre indice qui leur permettrait de déterminer les circonstances exactes de la mort de Victorine Dartois à Villefontaine (Isère). Mardi, leur chien a eu un comportement troublant.
Mort de Victorine : un conteneur marqué par le chien des gendarmesAFP

Quatre jours après la découverte du corps sans vie de Victorine Dartois dans un étang à Villefontaine, en Isère, de nombreuses questions restent sans réponse. L’autopsie pratiquée mercredi  a permis d’établir que la jeune femme de 18 ans est morte noyée "avec l’intervention d’un tiers". Son corps présente en effet les traces de nombreuses ecchymoses internes. 

Mort de Victorine : la piste du viol n’est pas écartée

Aucune trace de violence sexuelle n’a par ailleurs pété relevée mais, le procureur adjoint de la République de Grenoble, Boris Duffau a insisté sur le fait qu’il n’est "pas pour autant possible à ce stade de l’enquête d’écarter cette hypothèse". On sait pour le moment que Victorine rentrait samedi soir pied chez ses parents  après avoir vu des amis et manqué son bus. Elle avait appelé ses parents pour les prévenir. Inquiets de ne pas la voir rentrer, ces derniers ont donné l’alerte deux heures plus tard. Que s’est-il passé pendant ce laps de temps ? Qui Victorine a-t-elle rencontré ? Connaissait-elle cette personne ?

Les enquêteurs de la Section de recherches de Grenoble ne ménagent pas leurs efforts pour résoudre cette affaire et répondre à ces nombreuses questions. Mardi, leur chien aurait eu un comportement troublant devant un conteneur à ordures.

Comparez les Mutuelles séniors et économisez toute l'année !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.