Appels abusifs, demandes sans réelle urgence… Sur les 19 millions d'appels reçus en 2017, la Fédération des pompiers (FNSPF) atteste que près d'un tiers ne nécessitaient pas l'intervention des secours. Des services sont donc à présent payants.
AFP

Trop c’est trop. Comme les services des urgences, les pompiers sont sursollicités. Simples maux de tête, blessures superficielles, clés oubliées, fuites d’eau, présence d’une grosse araignée… De très nombreuses demandes sans aucun caractère d’urgence empoisonnent le quotidien des sapeurs-pompiers et encombrent leurs lignes téléphoniques. Ces appels, qualifiés d’abusifs, sont en hausse constante ces dernières années. Et cela n’est évidemment pas sans conséquence...

Interventions des pompiers : le bon fonctionnement du service perturbé

Beaucoup trop d'appels "farfelus" mobilisent en effet des pompiers, et rallongent par la même occasion le temps d'attente des personnes les contactant pour de vraies urgences. En février dernier, le capitaine Eric Goya, adjoint au centre opérationnel des sapeurs-pompiers de Paris, interrogé par Le Parisien, tentait d’alerter la population à ce sujet, devenu un réel problème :

"S'il vous plaît, appelez-nous pour des urgences avérées, l'abus des appels d'urgence nuit gravement à ceux qui en ont vraiment besoin".

D’ailleurs, d’après la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), en 2017, plus d’un tiers (36% précisément) des 19 millions d’appels reçus ne nécessitaient pas l’intervention de secours, rapporte Le Figaro.

Pour remédier à cette situation ubuesque, une décision radicale a été prise : faire payer certains déplacements. Objectifs visés ? Désencombrer les lignes téléphoniques et décourager les demandes inappropriées. Cela afin de permettre aux pompiers de se concentrer sur leur mission principale, qui est de "sauver des vies".

Vidéo : Rescapés d'un terrible incendie, ils racontent le drame

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.