Ce vendredi 16 octobre, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), un professeur d'histoire-géographie a été égorgé en fin d'après-midi, sur la voie publique. Réseaux sociaux, accusations... L'homme, qui avait déposé plainte, avait reçu moult menaces. Retour sur ce qu'il s'est passé.
Enseignant décapité : polémique, vidéo de dénonciation... Le point sur ce meurtre effroyable qui a eu lieu en pleine rueAFP

L’attaque n’est pas le fruit d’un hasard. Ce vendredi 16 octobre vers 17h, Samuel Paty, un professeur d'histoire âgé de 47 ans, a été décapité à l’arme blanche près du collège du Bois d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines.

Après avoir été convoqué par la police, il avait déposé plainte pour dénonciation calomnieuse, en affirmant se sentir menacé. Par précaution, il avait d’ailleurs changé l'itinéraire qu'il empruntait habituellement après les cours, pour rentrer chez lui, d’après un témoignage dont BFMTV se fait l’écho. Néanmoins, c'est sur ce nouveau chemin qu'il a été abattu.

Pour quelles raisons ? Faisons le point sur les jours précédents le drame.

Enseignant décapité : un cours sur la liberté d’expression a déclenché une vive polémique

Tout a débuté le lundi 5 octobre dernier. L’enseignant d'histoire-géographie du collège du Bois d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine a prévu un cours/débat sur la liberté d’expression. Afin d’illustrer ses propos, il prend comme exemple une caricature de Mahomet. Pensant que cela pourrait déranger certains de ses élèves de 4e, il demande alors, à ceux qui le souhaitent, de sortir.

Sur le dessin, le prophète apparaît nu, accroupi. Sur l’étoile dessiné sur son postérieur est écrit : "une étoile est née".

Le cours a déclenché une vive polémique, et plusieurs parents d’élèves se sont plaints. Un signalement est envoyé à la FCPE, l'association des parents d'élèves, détaille Midi Libre.

Trois jours plus tard, le père d'une élève de l'établissement, "extrêmement énervé", a porté plainte contre l’enseignant pour "diffusion d'images pornographiques". En parallèle, il publie une vidéo sur les réseaux sociaux pour interpeller sur l'attitude du professeur.

Une enquête est alors ouverte. Convoqué par la police le 12 octobre, Samuel Paty, déclare que cette collégienne n’a même pas assisté à ce cours, si décrié. Il dépose ainsi plainte à son tour en indiquant se sentir en danger.

4 jours plus tard, il est décapité. Que sait-on du meurtrier ?

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Vidéo : Quand les accusés sont présentés comme les victimes

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.