Un homme d’une trentaine d’années a récemment été interpellé dans la région de Châtellerault (Poitou-Charentes),pris en flagrant délit de vol de dessous féminins. Plus de détails.

Son penchant inavouable pourrait bien le conduire derrière les barreaux. Un homme soupçonné d’avoir volé plusieurs dizaines de petites culottes en l’espace d’un an a en effet été arrêté il y a une semaine par les gendarmes de Châtellerault (Poitou-Charentes). Agé de 35 ans, le fétichiste de dessous féminins a été confondu par le mari d’une femme à qui il aurait volé près de 70 slips.

Le père et ses fils ont monté la gardeLassé de voir les sous-vêtements de sa femme disparaître du fil à linge sur lequel ils séchaient dans leur jardin, cet habitant de Naintré a décidé de monter la garde et de surveiller son linge grâce à une webcam. Il s’est alors aperçu que les vols avaient quasiment toujours lieu des mercredis et dimanches soirs. Puis, selon les informations de la Nouvelle République, il a finalement vu un homme "habillé en treillis, avec un chapeau et un foulard" faire irruption sur son terrain. Bien décidé à mettre la main sur ce voleur, l’époux mécontent a demandé à ses fils de lui prêter main forte. Dans la nuit de dimanche à lundi, la semaine dernière, tous les trois ont ainsi fait le guet dans le jardin.  Et leur plan a porté ses fruits. "Il a sauté dans la cour. Il avait son ciré, son foulard et des gants. Il s'est mis à quatre pattes et au moment où il commençait à se servir sur le séchoir, on l'a cueillii", a rapporté le père de famille à la Nouvelle République. "Le père et ses deux fils sont sortis et ont arrêté eux-mêmes l’intrus, lui ont ligoté les jambes avec une corde avant de prévenir la gendarmerie",  a par ailleurs révélé un enquêteur au Parisien.

Publicité
Les gendarmes sont ensuite rapidement arrivés pour arrêter le voleur, lequel a avoué son penchant pour les sous-vêtements féminins. En ouvrant le coffre de son véhicule, ils ont par ailleurs découvert plus de trente culottes dérobées. Laissé libre après son arrestation, le fétichiste devra toutefois prochainement comparaître devant un magistrat.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :