La campagne d'affichage sur l'armement des policiers de Béziers n'est ni choquante, ni provocatrice

Il n'y a pas lieu d'entretenir la moindre polémique au sujet de l’affiche de la police municipale de Béziers. Il ne me paraît ni choquant ni provocateur pour un maire d'informer ses administrés que désormais ils peuvent compter sur une police municipale qui dispose des moyens utiles pour leur permettre d'assurer leur sécurité au quotidien.

Certes, une telle affiche peut laisser supposer l'existence d'une délinquance particulièrement active, une information qui pourrait avoir un impact désastreux sur  l'image de la commune. Mais cette seule information dérange visiblement un nombre d’élus de droite comme de gauche. Pourtant, ces derniers taisent bien souvent leurs administrés la réalité au point – aussi incroyable que cela puisse paraître – d’annoncer un taux de délinquance avoisinant  0% dans certaines communes.

À mon sens, cette affiche livre deux messages forts. D’une part pour présumer l'existence d'une délinquance particulièrement active, et d’autre part, que la commune se donne les moyens pour lutter contre celle-ci, ce qui ne peut qu'être rassurant.  Chacun conviendra qu'il vaut mieux croiser dans sa commune une police municipale armée, formée pour cela, que de croiser la route de délinquants ou même de terroristes armés et prêts à tout, sans aucune limite, ni aucune crainte.

À lire aussi - Béziers : une campagne d'affichage sur l'armement des policiers fait polémique

Les élus locaux devraient s'occuper davantage de la sécurité publique de notre pays

Les élus de droite comme de gauche devraient balayer devant leurs portes au lieu de polémiquer sur cette affiche. Quand j’étais encore président de l’USPPM (Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux), M. Valls, alors député PS à l’époque, a répondu à mes interrogations sur l’armement des policiers municipaux par une correspondance datée du 21 octobre 2011. Il m’a affirmé que l’armement des policiers municipaux était une nécessité.  M. Valls est devenu par la suite ministre de l’Intérieur puis Premier Ministre. Quant à la droite, j’ai également écrit à M. Estrosi, député-maire UMP de Nice, concernant ce sujet. Il m’a globalement répondu la même chose.

Qu’ont-ils fait ces gens-là depuis qu’ils disposent de plus de pouvoir ?  Rien...  La violence est de plus en plus fréquente, elle frappe désormais les policiers, les gendarmes, les policiers municipaux et même les militaires...

Ces élus locaux devraient se préoccuper davantage de la situation qui est celle de notre pays en matière de sécurité publique, au sein même de leurs propres communes au point qu'il faille confier cette mission à des militaires lourdement armés  ce qui d'ailleurs ne choque, ni ne semble préoccuper personne. En tous cas, cela ne semble pas émouvoir la classe politique au point de n'avoir pour seule préoccupation que l'image d'une commune véhiculée par une affiche.

Voir en vidéo sur le même thème : "Désormais, la police a un nouvel ami", le slogan du maire FN fait débat