Un canapé pour 5,30 euros, tentant non ? C’est le prix pour lequel une jeune femme a essayé de se procurer un divan en échangeant son code barre avec celui d’un pot de fleur, mercredi dernier au Ikéa d’Hénin-Beaumont. Mais les agents de sécurité du magasin ont vu venir la combine.

© CC / wikimédia

Une jeune femme de 20 ans a voulu se faire un petit cadeau mercredi dernier. En se rendant au magasin Ikéa d’Hénin Beaumont, l’habitante de Sallaumines (Pas-de-Calais) avait comme objectif de payer 5,30 euros un sofa qui en valait presque cent fois plus. Comment ? L’astuce est simple. La Sallauminoise a pris le code barre d’un pot de fleur et l’a remplacé avec celui qui se trouvait sur le canapé. Pour éviter tout contrôle, elle s’est ensuite rendue aux caisses automatiques. Cependant, les agents de sécurité du magasin ont senti qu’il se tramait quelque chose de pas net. Une fois son achat fini, ils ont décidé de procéder à une vérification du ticket de caisse. Et là stupéfaction : la jeune femme voulait payer 5,30 euros un canapé qui en vaut 449 euros. Le magasin a tout de suite appelé la police.

Pas sa première tentative

Publicité
Le matin précédant cette tentative d’escroquerie, la jeune femme aurait déjà tenté de passer avec le code barre d’un autre canapé coutant 99 euros, selon vigiles de ce magasin Ikéa. Mais sentant qu’elle était suivie de près par la sécurité du magasin, elle se serait ravisée. Entendue par la police, la Sallauminoise de 20 ans a été placée en garde à vue puis libérée. Sa comparution au tribunal de grande instance de Béthune est prévue pour le 4 mars prochain. Entre-temps, elle pourra profiter des soldes de janvier si elle souhaite faire une bonne affaire sans finir au commissariat.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :