Le 14 novembre dernier dans les Hautes-Pyrénées, un SDF cannibale a avoué avoir tué une personne âgée avant d’avoir mangé son cœur et sa langue. Les analyses de la viande retrouvée dans son assiette ont confirmé qu’il s’agissait de la chair humaine.

© AFP

"Ce sont des morceaux de chair humaine qui ont été retrouvés dans l'assiette", a confirmé le procureur, Chantal Firmigier-Michel, qui mène l'enquête sur le crime commis le 14 novembre dernier à Nouilhan, un village des Hautes-Pyrénées.

Jérémy Rimbaud, SDF de 26 ans, est accusé d’avoir tué puis mangé des organes du corps d’un homme de 90 ans. Lui-même avait certifié aux enquêteurs qu’il avait prélevé la langue et le cœur du nonagénaire avant de les faire cuire et de les assaisonner avec des haricots verts. Ses dires ont été corroborés par l’autopsie, laquelle a confirmé qu'une partie du cœur avait été extraite de la cage thoracique et que la langue avait été sectionnée.

"Un message d’origine supérieur"

Tous les éléments laissent donc penser que le jeune SDF, et ancien militaire, a bien mangé de la chair humaine. Les enquêteurs attendent toutefois les analyses finales qui permettront de déceler une quelconque trace de morsure sur la viande. Une indication qui "achèverait d’accréditer" la version des faits de Jéméry Rimbaud, selon le procureur.

Publicité
 L’ancien soldat avait par ailleurs affirmé à la police avoir "obéi à un message d’origine supérieure". Il a été admis vendredi dernier dans l’unité spécialisée dans le traitement des malades mentaux dangereux à Cadillac (Gironde). Ce même jour, le père du cannibale présumé était anéanti. "Je ne comprends pas. Personne ne peut comprendre, c’est trop horrible. Nous sommes une famille normale, nous l’avons élevé normalement", confiait-il.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité
Publicité