Alors que les recherches menées ce jeudi n’ont pas encore permis de retrouver le corps de la petite Fiona, sa mère et son compagnon ont été placés en détention provisoire. Même si leurs versions divergent, leurs dernières déclarations ont en revanche permis d’en savoir plus sur la mort de la petite fille.

© AFP

Les recherches menées ce jeudi autour du lac d’Ayrat, au sud de Clermont-Ferrand, n’ont pas encore permis de retrouver le corps de la petite Fiona, 5 ans, faute d’indications suffisamment précises données par sa mère, Cécile Bourgeon. Cette dernière, ainsi que son compagnon, Berkane Maklouf, ont tous les deux été mis en examen et ont été incarcérés ce jeudi soir. Cécile Bourgeon est poursuivie pour quatre délits : non assistance à personne en danger, dénonciation mensongère d’un crime, modification d’une scène de crime et recel de cadavre. Elle encourt 5 ans de prison.

Des versions différentesSon compagnon, poursuivi lui pour coups mortels sur mineure, non assistance à personne en danger et recel de cadavre, encourt 30 ans de réclusion criminelle si l’enquête prouve qu’il a bien frappé la petite fille et que Fiona est décédée des suites de ces violences. Car la version des faits de Cécile Bourgeon et celle de Berkane Maklouf diffèrent sur ce point.

Le compagnon de la mère se défendD’après la mère de la fillette, son compagnon aurait frappé Fiona au visage pour la gronder le samedi 11 mai, provoquant un gros hématome au niveau de l’œil et sur le côté de la tête, a rapporté Pierre Sennès, le procureur de la République de Clermont-Ferrand. La petite fille aurait vomi dans la nuit et sa mère l’aurait retrouvée sans vie, le lendemain matin. Mais son compagnon affirme ne pas avoir frappée la fillette. Berkane Maklouf a également fait part de sa « volonté de collaborer » aux recherches, son avocat, qui avance la thèse de l’accident domestique, indiquant que l’autopsie permettra de disculper son client.

Fiona enterrée sous les yeux de sa petite soeurC’est en revanche d’un commun accord que le couple aurait décidé d’enterrer la petite Fiona dans une forêt aux environs de Clermont-Ferrand. C’est accompagnés de sa petite sœur de deux ans qu’ils auraient transporté le corps nu de la fillette, disposé dans un sac, et l’aurait déposé dans le trou creusé par Berkane Maklouf.

La piste familiale, fil rouge de l'enquêteLe procureur de la République a également indiqué que depuis le début de l’enquête, « jamais la piste familiale n'avait été abandonnée ». Les policiers ont ainsi placé l’ensemble de la famille sur écoute téléphonique. Pierre Sennès a expliqué que la mère de Fiona n’avait pas été placée en garde à vue plus rapidement à raison de son état (enceinte, elle a accouché en août dernier). Les auditions des trois autres personnes placées en garde à vue, des proches du couple, ont en revanche permis aux enquêteurs d’en apprendre un peu plus sur les habitudes de Cécile Bourgeon et de son compagnon. « Pour l'anecdote, on a découvert que le couple se rendait dans des endroits pour consommer de la drogue avec leurs deux enfants. C'est un comportement irresponsable des parents qui a conforté les éléments de suspicion » a-t-il précisé.

Publicité
Reprise des recherchesLes recherches pour retrouver le corps de la fillette pourraient reprendre ce vendredi. C’est l’autopsie qui permettra de déterminer quelles ont été les causes exactes de la mort de la petite Fiona, et permettra ainsi de vérifier ou non les déclarations de sa mère et con compagnon.

Publicité