Un conducteur a foncé sur des passants dans une rue du centre-ville, jeudi en Belgique. Après avoir pensé à une attaque terroriste, une nouvelle piste est privilégiée par les enquêteurs.

Un peu avant 11 heures jeudi, un individu a foncé en voiture sur des piétons dans une rue piétonne très fréquentée du centre-ville d’Anvers (Belgique). Les piétons se sont jetés sur le côté pour éviter le véhicule. L’accident n’a fait aucun blessé.

L'homme n'est pas fiché "S"

Des militaires en patrouille ont alors poursuivi la Citroën rouge. L'homme a brûlé un feu rouge, puis il a disparu dans les rues d'Anvers. Une heure plus tard, il est arrêté en tenue de camouflage par la police sur le quai Saint-Michel. L'homme, identifié plus tard comme étant Mohamed R., s’était endormi dans son véhicule. Il est d’origine tunisienne et vit à Lens.

Il "n'était connu pour aucun fait terrorisme" mais pour des "infractions de droit commun" : vols, détention d’armes à feu, usage de stupéfiants. Par ailleurs, des armes blanches, un fusil à pompe et un bidon ont été retrouvés dans sa voiture, a annoncé le parquet. 

Le ocnducteur aurait échappé à un contrôle

Suite à l'attaque de Londres qui a eu lieu mercredi, les enquêteurs ont d'abord pensé à une attaque terroriste. Néanmoins, ils privilégient désormais une nouvelle piste. D’après les services français, l'homme aurait échappé à un contrôle. "Il n’a pas foncé sur les militaires. On pense qu’il a plutôt voulu échapper à un contrôle", a relatéLe Monde. Selon une source proche du dossier, l’homme était visiblement alcoolisé. 

 A lire aussi : Attentat de Londres : comment vont les trois lycéens français blessés ?

Publicité
Son domicile a été perquisitionné dans la soirée de l’événement, mais les enquêteurs n’ont rien trouvé concernant une possible radicalisation. Des téléphones portables et du matériel informatique ont été saisis, indique le quotidien. Le Premier ministre belge, Charles Michel, a qualifié les faits d’"incident suspect".

L'enquête se poursuit afin de déterminer si la Belgique aurait pu être la victime d'une attaque terroriste.