Revue du web
Avec Causeur
La bouleversante histoire de Farah Kay
Monde
Le moteur de recherche spécialisé dans la location de vacances, HomeToGo.fr, a dévoilé début novembre son classement des lieux les plus insolites où dormir. Découvrez ces habitations étonnantes.  
Revue du web
Avec La Tribune
Les principaux ministres des entités fédérées belges et du gouvernement fédéral ont repris mercredi matin leurs difficiles discussions pour définir une position unanime sur le traité CETA avec le Canada, que la Belgique entend ensuite défendre face aux 27 autres pays de l'Union européenne.
Revue du web
Avec La Tribune
Le veto des régions wallonne et bruxelloise et de la communauté francophone au traité de libre-échange euro-canadien est le fruit d'une évolution institutionnelle de la Belgique et d'un contexte politique particulier. Dans les deux cas, les partisans du traité ont été pris à leur propre piège.
Société
Selon une carte de l’émission "Tout le monde joue avec la France !", diffusée mardi sur "France 2", les deux pays feraient partie de l’Allemagne ! Une bourde qui a fait réagir les internautes.
Magazine
Le magazine Sport Illustrated prépare déjà l'édition 2017 de son célèbre numéro spécial maillots de bain. Camille Ringoir, 23 ans, pourrait bien figurer au casting. Découvrez la jolie Belge en images !
Vidéos A la une
L'inquiétude est palpable à Bruxelles à quelques heures des festivités prévues pour la fête nationale. La fausse alerte autour de l'appréhension d'une personne considérée comme suspecte a ainsi mobilisé d'importants moyens de police dans la capitale belge. Face à la menace terroriste et aux récents attentats, le dispositif de sécurité est renforcé pour cette journée nationale. " Ce n'est pas qu'on a peur, ce n'est pas qu'on veuille changer nos habitudes, mais il faut quand même tenir compte de ce qui s'est passé ", explique le commissaire divisionnaire Guido Van Wymersch. Les accès aux principaux lieux de rassemblement seront donc limités, la circulation sera réduite et les fouilles seront plus nombreuses.
Vidéos A la une
Qu'y a t-il de commun entre des attentats comme ceux de Paris ou Bruxelles, simultanés, organisés, coordonnés, à grande échelle, la tuerie d'Orlando par un homme seul, ou encore un couple de policiers tués chez eux à l'arme blanche, un camion fou jeté sur la foule à Nice ou un gamin de 17 ans qui poignarde des passagers d'un train en Allemagne ? Sans doute pas le mode opératoire, et c'est bien là le problème. Juste la mort, la volonté de tuer et une organisation : Daesh. Une organisation qui revendique les crimes, chaque fois par le biais de communiqués publiés sur internet. Ou via son site Aamaq, veritable agence de presse de l'organisation. Voire par des vidéos de propagande. Mais les actes sont si différents dans le mode opératoire que parfois, le doute s'installe. En régle générale, Daesh ne revendique pas un attentat de manière opportuniste, il en va de sa crédibilité. Ceci dit, la revendication peut-être plus ou moins rapide, d'autant plus si l'auteur a fait allégeance à l'organisation via une vidéo, comme celle diffusée par l'auteur du meurtre des policiers ; ou un testament, et qu'il est désigné 'soldat du califat' Et puis il y a les autres. Ceux qui ne sont pas adoubés par l'EI mais considérés comme des sympathisants. Que l'organisation rallie à sa cause avec des messages tels que celui-ci : 'Je voudrais m'adresser à vous les musulmans rester en France. Vous vous prétendez musulmans, mais je me demande ce que vous faites, les nôtres meurent chaque jour mais vous, vous restez là les bras croisés. Vous vivez avec eux, vous dormez avec eux, vous mangez avec eux, avec ces koufas, alors que vous pourriez au moins avoir un peu de fierté et leur cracher au visage. Si vous ne pouvez pas trouver une arme, cassez leur la tête avec une pierre, ou écrasez les avec votre voiture, terrorisez les.' C'est pourquoi sans doute le tueur de Nice a agi de cette manière. Pourquoi aussi le communiqué de revendication a tardé (36 heures) et est resté très vague, évoquant l'appel lancé par l'organisation et entendu par l'auteur. Un 'combattant' isolé qui a choisi son propre mode opératoire, au risque de desservir la cause de Daesh. 'Ce qui m'a beaucoup frappé dans cet attentat de Nice, c'est que par rapport aux précédents, on a changé de dimension, analyse Gilles Kepel, politologue et spécialiste de l'islam. On a quelqu'un qui présente ce profil bizarre, qui utilise un objet trivial, un camion de livraison, qui se jette dans une foule et qui massacre en particulier des enfants. Donc ça suscite une horreur extraordinaire. Quand il y a eu l'attentat de Magnanville il y a un mois, le type qui a tué les policiers avec un couteau, il avait fait sa vidéo, il avait mis ses revendications et ensuite quand elle a été mise sur le site de l'EI, celui-ci a coupé les morceaux qui lui semblait aller trop loin, parce qu'ils avaient peur que ça effraie les sympathisants potentiels.' Recruter, lancer des attaques tous azimuts. En somme, occuper le terrain. Car sur le terrain, de guerre, les troupes reculent. L'Etat islamique est en perte de vitesse. Il faut donc continuer d'exister. En semant la terreur et la mort et en occupant le devant de la scène.
Insolite
Dans la nuit de mardi à mercredi, un agriculteur belge a laissé une désagréable surprise aux habitants de sa commune...
International
La police belge est à la recherche de Catherine Brocquet, une Française de 45 ans, portée disparue depuis mercredi après une escale à Bruxelles. 
Vidéos A la une
La justice belge a condamné ce mardi les membres de la cellule djihadiste démantelée à Verviers en janvier 2015. Les chefs de cette cellule écopent de 8 à 16 ans de prison. Trois d'entre eux (Souhaib El Abdi, le faussaire, ainsi que Marouane El Bali et Mohamed Arshad, les logisticiens) écopent de 16 ans d'emprisonnement. Le quatrième, Omar Damache, 'relais' de la bande à Athènes, est condamné à huit ans. D'après les magistrats, l'enquête a montré que ces individus fomentaient un attentat à l'aide d'explosifs et d'armes automatiques, comme cela allait être le cas quelques mois plus tard en région parisienne, puis à l'aéroport de Bruxelles. Les peines sont proches de ce qu'avait réclamé le procureur. Les avocats de la défense, eux estiment que ces peines sont trop élevés par rapport aux faits. 'Ce n'est pas une décision de justice. Manifestement, Paris et Bruxelles ont énormément impressionné les magistrats, donc ils montent dans les tours au niveau des peines. Maintenant ce qui leur paraît semblable est devenu justice. Mon sentiment, c'est que, à vouloir faire de la justice pour l'exemple, ce n'est certainement pas une bonne justice, et ce n'est pas ça qui va arrêter les choses._' Me Xavier Carrette, avocat de Souhaib el-Abdi Pour les enquêteurs, le chef de la cellule de Verviers, c'était Abdelhamid Abaaoud, qui allait ensuite organiser les attentats de Paris le 13 novembre 2015 faisant 130 victimes. Ce Belgo-marocain allait trouver la mort quelques jours plus tard dans l'assaut de la police française dans une planque à Saint-Denis.
Vidéos A la une
Ancien habitant de Molenbeek, Roger Maudhuy analyse dans son ouvrage "Molenbeek, vingt-cinq ans d'attentats islamistes" la genèse du foyer de radicalisation qui s'est développé dans cette ville jouxtant Bruxelles. Selon l'historien, les filières islamistes ont prospéré dès la fin des années 90. Elles sont notamment à l'origine de l'assassinat du commandant Massoud, 2 jours avant les attentats du 11 septembre 2001.
Vidéos A la une
Dans le zoo de Paira Daiza, en Belgique, un bébé panda a vu le jour il y a tout juste un mois. C'est la troisième naissance de ce genre en Europe, ce qui pourrait contribuer à la survie de cette espèce en voie de disparition. Le couple de pandas a été prêté à la Belgique par la Chine pour 15 ans. Fait exceptionnel : la période de reproduction ne dure que trois jours par an pour ces mammifères. Pour le moment, le bébé panda reste avec sa maman et à l'abri des regards des visiteurs. Les plus curieux pourront l'apercevoir cet été.
Vidéos A la une
Une foule en délire à Cardiff, au Pays de Galles, alors que son équipe vient de se qualifier pour les demi-finales de l'Euro aux dépens de la Belgique. Le Pays de Galles n'avait pas fait aussi bien dans une compétition internationale depuis la Coupe du Monde de 1958... Et c'est son premier Euro cette année ! A Lille, les Gallois ont gagné avec l'art et la manière, par 3 buts à 1, dont un but exceptionnel de Robson-Kanu. [LIVE - VIDEO] L'enchaînement somptueux de Robson-Kanu !! https://t.co/VPchq8r2IZ #WAL #beINEURO #EURO2016 #BELWAL- beIN SPORTS (@beinsports_FR) July 1, 2016 Les Diables Rouges, a priori l'une des meilleures équipes du tournoi, quittent donc l'Euro pleins de frustration. Laurent, supporter belge : 'Très déçus.... On a vraiment gâché, le premier goal a vraiment été... c'est vrai, après le premier goal, ils y croyaient tous, puis ils ont reculé, et puis voilà quoi'...
Vidéos A la une
LES SORTIES CINÉ. Le film "Black" sort ce mercredi en vidéo à la demande. Deux gangs des banlieues bruxelloises, les Black Bronx et les 1080, se mènent une lutte sans merci. Mavela, s'éprend de Marwan, membre du gang rival. Les deux amants s'enlisent alors dans une intense passion interdite et dangereuse. Un film "impressionnant qui fait penser à "La haine" de Mathieu Kassovitz.", a estimé David Verhaeghe, journaliste spécialiste du cinéma.
Après la victoire de la Belgique 4-0 contre les Hongrois, en huitièmes de finale de l'Euro, les supporters belges ont laissé éclater leur...
Vidéos A la une
En Belgique deux hommes arrêtés samedi ont été inculpés de 'participation aux activités d'un groupe terroriste'. Selon des médias belges, l'un des deux hommes, âgé de 20 ans et originaire de Verviers, voulait se faire exploser dimanche en Belgique, pendant la retransmission sur écran géant du match de l'Euro opposant les diables rouges à la Hongrie. L'autre suspect a été arrêté à Tournai près de la frontière française. Aucune arme et aucun explosif n'ont été découverts lors des perquisitions.
Vidéos A la une
La police belge a arrêté deux hommes lors d'une opération antiterroriste conduite dans la nuit de vendredi à samedi. A Verviers, le suspect âgé d'une vingtaine d'années a été interpellé au domicile de ses parents. L'autre opération s'est déroulée dans le petit village de Celles. Un porte-parole du parquet a précisé qu'il était "trop tôt pour parler d'une attaque terroriste". (Crédit : EVN)
Vidéos A la une
La capitale belge a été secouée ce mardi matin par une fausse alerte terroriste. Les forces de l'ordre ont interpellé un homme portant une soi-disant ceinture d'explosifs aux abords du centre commercial City 2. Le suspect avait lui-même appelé la police, expliquant avoir été enlevé et qu'une tierce personne allait actionner la ceinture. Finalement cette dernière était factice. L'homme, connu des services de police, souffre de problèmes psychiatriques. Les précisions de Rym Kechiche, porte-parole du Parquet : 'la personne est connue par les services de police, également pour des faits liés à des problèmes psychologiques. Il avait également été impliqué dans un dossier du Parquet fédéral en 2014. Et très récemment, il avait déjà pris contact avec la police en déclarant qu'il serait forcé de se rendre en Syrie pour combattre auprès de l'Etat islamique'. Document lesoir: les photos de la fausse ceinture explosive https://t.co/DxDoOGOvrj pic.twitter.com/Ug6XOykpmp- Le Soir (lesoir) 21 juin 2016 La ceinture contenait non pas des explosifs mais du sel et des biscuits. Plusieurs accès du métro situé sous le centre commercial ont été bloqués une partie de la matinée. Le niveau d'alerte anti-terroriste reste à un niveau élevé trois mois après les attentats à l'aéroport et à la station de métro Maelbeek.
La Belgique est sur le point de se qualifier, tandis que la Suède devra réaliser un exploit pour parvenir aux huitièmes de finale. Au-delà de...
International
Une alerte à la bombe est en cours ce mardi matin dans le centre commercial City 2 de Bruxelles. Un particulier aurait donné l’alerte et un suspect aurait été arrêté. Plus de détails. 
Vidéos Sport
Pendant le match Belgique - Irlande, les supporters étaient bouillants ! Pour ces deux nations, les bières nationales sont une fierté... de...
Vidéos A la une
Trois hommes ont été inculpés, après le vaste coup de filet mené en Belgique. Des individus qui doivent répondre de 'tentative d'assassinat dans un contexte terroriste' et de 'participation aux activités d'un groupe terroriste'. Tous faisaient partie de la quarantaine de personnes interpellées dans le cadre de perquisitions réalisées dans la nuit de vendredi à samedi dans 16 communes, principalement dans l'agglomération de Bruxelles. Des personnes soupçonnées de préparer un attentat en marge du match Belgique-Irlande, qui se jouait ce samedi. Les forces de l'ordre n'ont trouvé ni arme, ni explosifs lors de cette opération. La police belge aurait reçu une alerte selon laquelle des djihadistes du groupe Etat islamique avaient quitté récemment la Syrie pour mener des attaques pendant l'Euro en Belgique et en France. La menace visait en particulier les fan zones, notamment à Bordeaux, d'après des médias flamands. A l'issue d'un conseil de sécurité, le gouvernement belge a décidé de maintenir les événements liés à la compétition. Neuf autres suspects, qui avaient aussi été arrêtés, ont été relâchés, a annoncé le parquet fédéral belge. Vaste opération antiterroriste en #Belgique : trois personnes placées sous mandat d'arrêt https://t.co/hEUTKDa0PA pic.twitter.com/Z9B6pWiwpS- Le Soir (@lesoir) 18 juin 2016
Vidéos A la une
Malgré l'opération antiterroriste d'envergure menée à travers le pays dans la nuit de vendredi à samedi, les autorités belges maintiennent à 3 (sur une échelle de 4) le niveau d'alerte. Seule différence notable : le renfort de la présence policière dans les lieux où se rassemblent les supporters de foot - une fan-zone aurait été visée par un projet d'attentat. Les Belges refusent cependant de céder à la psychose.
Vidéos A la une
Des éléments concordants permettant de redouter une attaque contre un lieu de rassemblement lors du match Belgique-Irlande ont conduit les autorités belges à lancer une opération d'ampleur à travers le pays. Dans la nuit de vendredi à samedi, une quarantaine de personnes ont été interpellées dont 3 ont été inculpées, 152 garages ont été fouillés. A l'issue d'un conseil de sécurité exceptionnel, le Premier ministre belge s'est voulu rassurant.
Vidéos A la une
Le contexte de l'opération anti-terroriste qui s'est tenue en Belgique ce samedi a placé une nouvelle fois les lieux publics sous haute surveillance. Ce même jour, un homme a été interpellé en gare d'Anvers, en Belgique, après avoir abandonné un bagage suspect dans l'enceinte de l'établissement. Après la découverte de l'objet, la gare a été évacuée. La circulation a été interrompue. Plus aucun train ne pouvait s'y arrêter. Le trafic est revenu à la normale quelques heures plus tard. Le sac de sport en question contenait en réalité des vêtements. L'homme, filmé par les caméras de surveillance, a été arrêté pour qu'il s'explique sur son geste.
Vidéos A la une
"Nous voulons continuer à vivre normalement. La situation est sous contrôle", a assuré samedi le chef du gouvernement, Charles Michel, lors d'une conférence de presse. "Nous sommes très vigilants. Nous surveillons la situation d'heure en heure et allons poursuivre la lutte contre l'extrémisme, la radicalisation et le terrorisme avec détermination", a-t-il ajouté après l'arrestation par les autorités belges de douze individus soupçonnés de préparer une attaque.
Vidéos A la une
Douze individus soupçonnés de préparer une attaque ont été arrêtés dans la nuit de vendredi à samedi par les autorités belges. Au total, 40 perquisitions ont été effectuées. Ces opérations se sont déroulées dans la région de Bruxelles, mais aussi en Wallonie. Les autorités belges ont décidé d'intervenir à la suite d'écoutes téléphoniques.
Vidéos A la une
C'est un important coup de filet qui a eu lieu la nuit dernière en Belgique. 12 personnes soupçonnées de préparer un attentat ont été arrêtées, à la suite d'une quarantaine de perquisitions dans 16 communes, notamment à Bruxelles et ses alentours. Le parquet féderal a confirmé, précisant que quarante personnes avaient été interrogées. Ni armes ni explosifs n'ont été saisis lors des perquisitions. La police belge aurait reçu une alerte selon laquelle des djihadistes du groupe Etat islamique ayant récemment quitté la Syrie pour l'Europe planifiaient des attaques en Belgique et en France durant l'Euro 2016. En mars dernier, 32 personnes ont péri dans un double attentat à Bruxelles.

Pages

Publicité