Ca y est, c’est la rentrée. Une période souvent difficile pour les étudiants qui peinent à trouver un logement sympathique et abordable. Pourtant, la colocation intergénérationnelle peut être un bon moyen de se loger quand on dispose de peu de moyens. Le principe : une personne âgée héberge un étudiant gratuitement ou contre une faible participation financière et toujours en échange de menus services. Typhaine de Penfentenyo, la présidente d’Ensemble2Générations  nous en dit un peu plus sur ce concept qui séduit de plus en plus de jeunes et de seniors.

Planet : Comment est née l’association Ensemble2Générations ?Typhaine de Penfentenyo : "La canicule de 2003 m’a particulièrement marquée. J’étais effarée de voir le nombre de personnes âgées qui sont décédées parce qu’elles vivaient seules. J’ai ensuite travaillé au sein de l’association de l’Abbé Pierre et en 2006, lorsque celui-ci a lancé son cri d’alarme contre la précarité du logement des jeunes, je me suis dis qu’il fallait faire quelque chose. J’ai donc eu envie de créer un échange mutuel et solidaire qui permettrait à ces deux populations, les seniors et les étudiants, de trouver une solution à leur problème de solitude ou de précarité.

Planet : Que propose votre association ?Typhaine de Penfentenyo : Nous mettons en relation des seniors qui veulent rompre leur solitude avec des jeunes qui ne parviennent pas à se loger, faute de moyens. Nous proposons ainsi trois formules. La première est entièrement gratuite : en échange d’une chambre chez un senior, l’étudiant s’engage n'être absent q'un seul soir par semaine et deux week-ends par mois. Le jeune ne prend par ailleurs que trois semaines de vacances entre juin et septembre. Il y a également la formule dite participative dans laquelle l’étudiant est tenu de payer une partie des charges (entre 80 et 100 euros par mois maximum) et s’engage à accorder un peu disponibilité à la personne âgée en semaine. Il peut alors s’agir d’aller au cinéma ensemble, de lui lire le courrier ou de lui faire quelques courses. Et puis, il y a la formule solidaire : l’étudiant paye un loyer de 400 euros maximum  et rend des services spontanés comme aller chercher une baguette de pain.

Planet : Et cela fonctionne à chaque fois ?Typhaine de Penfentenyo : Oui, nous n’avons jamais eu de retour disant par exemple qu’un étudiant n’en faisait pas assez ou qu’un senior en demandait trop. Je pense que ceci est notamment dû au fait que nous faisons signer une convention aux jeunes avant l’emménagement. Ils ont alors une liste de services à cocher et savent donc ensuite exactement à quoi s’attendre. Il n’y a pas de mauvaises surprises. C’est comme quand vous êtes pris dans les embouteillages : c’est énervant mais si on vous dit à l’avance combien de temps cela va durer, vous vous calmez et prenez votre mal en patience. La plupart du temps, les binômes tissent même des liens assez forts. Cette forme de colocation donne souvent lieu à de belles rencontres.

Planet : N’y-a-t-il pas quelques réticences au début, d’un côté comme de l’autre ?Typhaine de Penfentenyo : Les étudiants ne sont généralement pas réticents puisque ce sont eux qui entament les démarches. En revanche, les personnes âgées sont parfois plus difficiles à convaincre. Certaines ayant ce qu’on appelle ‘la peur du jeune’. Nous parvenons ensuite à les rassurer en leur présentant les étudiants et en leur expliquant que nous avons étudié leur dossier au préalable.

Publicité
Planet : Avez-vous des projets pour l’avenir ?Typhaine de Penfentenyo : En 7 ans, nous avons réussi à former quelque 1.200 binômes en Ile-de-France et dans la dizaine de villes de France où nous sommes implantés. Nous espérons bien augmenter ce chiffre dans les années à venir et pour ce faire, nous prévoyons non seulement de nous développer au niveau national mais également de diffuser notre concept hors de nos frontières. Notre modèle économique est intéressant et bien établi, il est donc facilement exportable. Le Japon s’est d’ailleurs montré très intéressé".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité