Si le livre de Marcela Iacub raconte sa liaison avec Dominique Strauss-Kahn, l’auteur n’en épargne pas pour autant Anne Sinclair, envers qui elle a des mots très durs. La journaliste riposte aujourd’hui dans une lettre ouverte, dénonçant « une femme perverse et malhonnête ».

Dans La Belle et la Bête, Marcela Iacub raconte l’aventure de sept mois qu’elle a eu avec Dominique Strauss-Kahn en 2012. Dans son livre, en librairie le 27 février prochain et dont Le Nouvel Observateur a publié en exclusivité quelques extraits, la juriste y dresse le portrait peu flatteur d’un homme « vieux, gros, petit et moche », qu’elle qualifie de « méchant porc » et décrit comme un « être double, mi-homme mi-cochon » dans une interview accordée au Nouvel Obs. Mais Marcela Iacub se montre aussi sans pitié pour Anne Sinclair.

L’ancienne maîtresse de DSK décrit la journaliste comme une femme aimant le pouvoir – « Elle avait ce rêve d'être l'épouse d'un président » écrit-elle – mais la dit aussi « convaincue qu'elle et son mari appartiennent à la caste des maîtres du monde ». Marcela Iacub explique qu’elle a rencontré Anne Sinclair sous un faux prétexte afin de mieux cerner DSK. « La conversation avec Anne Sinclair a été fondamentale. Elle a été très gentille, mais j'ai compris à quel point elle est convaincue qu'elle et son mari - car je rappelle qu'ils n'ont toujours pas divorcé - appartiennent à la caste des maîtres du monde. Elle m'a dit la phrase que je rapporte dans le livre : "Il n'y a aucun mal à se faire sucer par une femme de ménage (...). Mais, pour elle, le monde est séparé entre les maîtres et les serviteurs, entre les dominants et les dominés, et c'est normal. Cela m'a un peu effrayée » écrit-elle encore.

Publicité
« La manœuvre d’une femme perverse et malhonnête »Après la réaction de Dominique Strauss-Kahn, qui a aussitôt adressé une lettre à Jean Daniel, fondateur du Nouvel Obs, où il se dit « saisi d’un double dégoût », dénonçant « le comportement d’une femme qui séduit pour écrire un livre » et « une atteinte méprisable à [sa] vie privée et la dignité humaine », c’est au tour d’Anne Sinclair de riposter dans une lettre publiée par Le Point.fr. La journaliste dénonce « la manœuvre d'une femme perverse et malhonnête, animée par la fascination du sensationnel, et l'appât du gain ». « Elle s'est introduite chez moi sous le prétexte fallacieux de me témoigner sa sympathie et elle a fait un récit trompeur et fielleux de notre entrevue en se livrant à une interprétation diffamatoire et délirante de mes pensées. C'est méprisable ». Anne Sinclair se demande « Comment, pour des raisons mercantiles, le Nouvel Observateur a-t-il pu descendre aussi bas dans l'abjection ? » et se « réserve de donner à cette affaire les suites qui conviennent ». 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité