Le procureur de la République de Marseille a retenu la légitime défense pour le buraliste qui a tiré sur l’un des braqueurs qui ont fait irruption dans son bar-tabac lundi matin. Il ne devrait donc pas être poursuivi.

Le gérant d’un bar-tabac de Marseille, qui a tiré sur l’un des braqueurs qui ont tenté de s’en prendre lundi matin à son établissement, devait être relâché dans la soirée. Placé en garde à vue après l’incident, le procureur de la République de Marseille a indiqué que « le fait justificatif de légitime défense » était « caractérisé ». « Les investigations en cours me permettront vraisemblablement d'ici le début de soirée de remettre en liberté l'auteur » des tirs a déclaré Brice Robin, précisant qu’aucune poursuite n’était « envisagée pour l’instant ».

L'arme utilisée était en règleLe buraliste avait fait usage d’un fusil à pompe, blessant à la jambe l’un des malfaiteurs, un jeune homme de 17 ans. « Il a fait usage d'un fusil qui ne lui appartient pas, qui appartient à son neveu, qui est le gérant de droit du bar » a aussi précisé le procureur de la République. « Ce fusil a été régulièrement déclaré, avec une autorisation en préfecture, une acquisition qui remonte, je crois, à 2011, une arme de cinquième catégorie » a-t-il ajouté. Quant au déroulement des événements, il a pu être reconstitué précisément grâce aux images de vidéosurveillance.

Publicité
Le braqueur placé en garde à vue« Vers 6h50, un bar-tabac a fait l'objet d'une tentative de vol à main armée, vraisemblablement par quatre individus, un étant resté dans le véhicule. Devant l'arrivée de ces trois individus armés d'un fusil à pompe et de deux armes de poing, le gérant de droit a eu le réflexe de fermer une porte vitrée munie d'une gâche automatique installée lors d'un précédent braquage » a rapporté Brice Robin. Les braqueurs ont alors menacé le buraliste et les clients présents, et tenté de briser la porte vitrée, « ce qui a conduit le gérant à s'armer d'un fusil à pompe et à faire feu à deux reprises en direction des trois auteurs ». L'un d’eux a été touché. « Il vient d'être opéré vraisemblablement pour une fracture du fémur » a ajouté le procureur, indiquant qu’il avait été placé en garde à vue. Les trois autres sont toujours en fuite.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité