Expulsé le 9 octobre dernier vers le Kosovo avec toute sa famille, le père de Leonarda a donné une tout autre tournure à l’affaire. Il a affirmé avoir menti aux autorités françaises pendant plus de quatre ans "pour avoir de meilleures chances d’obtenir l’asile". Qui est vraiment Resat Dibrani, ce père de famille au passé trouble ?

© capture d'écran BFM TV

Le père de Leonarda, aujourd’hui au Kosovo avec sa femme et ses enfants, a avoué ce jeudi à l’AFP qu’il avait menti aux autorités françaises sur les origines de sa famille. Resat Dibrani serait le seul à être né au Kosovo. Sa femme et leurs six enfants bien que d'origine kosovare sont, quant à eux, nés en Italie.

Une famille née en Italie

C’est pour tenter d’obtenir l’asile en France que le père de Leonarda a affirmé avoir menti aux autorités durant ces quatre années passées sur le territoire français. Cette famille récemment expulsée de France ne se trouverait pas aujourd’hui dans son pays d’origine. Seul le père est kosovar, un pays qu'il a quitté en 1973, les autres membres de la famille viennent d’Italie.

"Toute la famille, ma femme et mes enfants, sont nés en Italie. Ils n'ont rien à voir avec le Kosovo", déclare-t-il. Il explique ensuite avoir menti "pour avoir de meilleures chances d'obtenir l'asile".

"On a quitté l'Italie car je n'avais pas de travail et il est plus facile d'avoir des papiers en France, explique au Monde Resat Dibrani. En France, ils donnent des papiers aux Kosovares, aux Bulgares et aux Roumains, on a donc dit qu'on était tous Kosovares. On a fait un faux certificat de mariage à Paris, et on a présenté notre dossier pour avoir des papiers."

Un problème aujourd’hui pour cette famille qui a été expulsée dans un pays qui n’est visiblement pas le sien. Les enfants de la famille Dibrani auraient "peur" d’aller à l’école là-bas. Leonarda, âgée de 15 ans, ne parle pas l'albanais tout comme ses frères et sœurs. Les Roms ne seraient, selon les propos de cette dernière, pas acceptés au Kosovo.

Les autorités kosovares, quant à elles, expliquent alors : "Nous ne savons pas quoi faire avec cette famille. Elle n'est pas du Kosovo. Il n'y a que le père qui soit né au Kosovo".

Un faux certificat de mariage

Ce père de famille n’est pas seulement accusé de mensonges. D’autres délits lui sont reprochés. Resat Dibrani a également menti concernant son certificat de mariage. Il affirme lui-même qu’il serait faux, acheté 50 euros à Paris. "Il aurait menti pendant près de cinq ans devant l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et des apatrides), devant la Cour nationale du droit d'asile, devant la cour administrative, puis devant la cour administrative d'appel, cela fait beaucoup de circonstances aggravantes", souligne un magistrat spécialisé dans les affaires du droit d'asile.

Une plainte pour violence

Resat Dibrani serait aussi un homme violent, essentiellement avec ses deux filles, Leonarda et Maria. Sa femme avait d’ailleurs porté plainte contre lui au début de l’année 2013. "Leonarda et Maria ont été placées en foyer pendant deux semaines pour leur protection. Elles ont ensuite discuté avec leur père et elles sont rentrées habiter avec lui", ce qui avait conduit la mère à retirer sa plainte. La jeune fille, aujourd’hui populaire, défend son père et nie toutes violences de celui-ci envers elle.

Une volonté de retourner en France

Resat Dibrani a donc très peu de chance de retourner sur le territoire français contrairement à sa famille, apparemment originaire d’Italie. Leonarda affirme d’ailleurs : "Tout ce que je veux, c'est, avec ma famille, revenir en France, recommencer les cours pour avoir un avenir. Le truc le plus important, c'est l'école".

Publicité
Le père s'est exprimé sur BFM TV et assure qu'ils "retournerons en France, même si on leur dit non, c'est pour les enfants". "'Acceptés ou pas acceptés nous retournerons là-bas" ajoute-t-il. Le père de Leonarda évoque également de multiples voyages à travers l’Europe, en Allemagne, en Espagne ou encore en Belgique. Les enfants, d’après lui, ont toujours préféré la France.