Ces militants d’extrême gauche sont accusés d’avoir dégradé une statue du général de Gaulle lors d’une manifestation pro-migrants samedi. Plus généralement, leur influence sur les migrants est pointée du doigt.

De nombreux heurts et affrontements ont été enregistrés samedi après-midi dans les rues de Calais, suite à une manifestation en faveur des migrants organisée par l’extrême gauche.

Au cours de cette manifestation, où flottaient entre autre des drapeaux du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et des antifascistes, un groupe s’est particulièrement fait remarquer : celui des "Nos Borders" ("Pas de frontières"). Une dizaine de personnes appartenant à ce mouvement d’extrême gauche a d’ailleurs été interpellée samedi après s’être introduite de force avec une vingtaine de migrants à l’intérieur d’un ferry britannique.

A lire aussiCalais : une manifestation pro-migrants dégénère, un homme sort un fusil

Un mouvement d’ultra-gauche présent à Calais depuis 2009

Qui sont ces "Nos Borders" ? Il s’agit d’un "mouvement d’ultra-gauche, très présent à Calais, qui réclame l’abolition des frontières et la libre circulation des personnes", indique Le Figaro qui rappelle que le mouvement est apparu en Allemagne dans les années 1990.

A Calais, le groupuscule d’extrême gauche aide activement depuis 2009 les migrants présents dans la "Jungle" en les aidant à s’installer, à se loger et à entreprendre des démarches administratives. Les "Nos Borders" sont constitués de membres français, britanniques, allemands ou encore hollandais.

"Des voyous qui ont investi et saccagé la maison d’une octogénaire"

Publicité
Mais cet activisme est vu d’un mauvais œil sur place, comme au sein du gouvernement. Pour Bernard Cazeneuve, les membres de ce groupuscule "sont les complices objectifs" des passeurs. Pour le premier adjoint au maire de Calais, Emmanuel Agius, interrogé par l’Obs, les "Nos Borders" sont "des activistes d'extrême gauche qui utilisent les migrants pour servir leur cause". Et l’élu de parler de "voyous qui ont investi et saccagé la maison d'une octogénaire hospitalisée pour y héberger des migrants ! Des gens de bonne famille qui connaissent le droit sur le bout des ongles pour mieux contourner la loi."

Vidéo sur le même thème : Calais : le gouvernement dénonce la présence de militants No Border