Alain Juppé : que va-t-il faire dans cette galère ?

Jacques Chirac a dit d’Alain Juppé : "C'est probablement le meilleur d’entre nous". Et, d’une certaine façon, c’est probablement vrai. Alain Juppé est intelligent, honnête, travailleur, compétent, attentif aux plus faibles. C’est certainement un très bon maire : les Bordelais en témoignent.

Et pourtant, ce grand homme d’Etat est capable d’assumer des erreurs d’appréciation à la limite de l’invraisemblable. Qu’il attende encore un peu pour juger notre président, je le comprends. Par contre, qu’il encourage l’action de celui-ci par une poignée de main chaleureuse ou par une formule plutôt flatteuse est d’une autre nature.

Or, selon moi, tous les signaux sont au rouge vif. J’ai déjà noté que tout augmente : le chômage, le déficit commercial, la paupérisation, la proportion d’emplois instables, l’angoisse de perdre son gagne-pain, l’inconscience des apparatchiks, l’hypercentralisation du pouvoir entre les mains de Jupiter, etc. Il y a même, déjà, un début de déception affichée auprès d’anciens "marcheurs" ; quand on s’est dévoué à une cause, il est long et difficile d’y renoncer : les communistes en furent une illustration convaincante.

Il est vrai que, vu de loin, le positionnement politique d'Emmanuel Macron semble proche de celui d'Alain Juppé, et beaucoup « d’innocents », tel François Bayrou, se laissent abuser : européen et au centre-droit. Mais le diable se cache dans les "détails". Non seulement les multinationales ne paient pas d’impôts mais elles délocalisent à outrance. On aurait pu croire que le bricolage français resterait en France : que nenni, une part de l’administration sera assurée en Pologne. Ce qui n’empêche pas les "plombiers polonais" de prendre des emplois en France. Les "Paradise Papers" révèlent aux ignorants l’ampleur de la fraude, plus ou moins légale, et la Commission européenne ressort ses artifices obsolètes. Etc.

L’armée et la police arrivent encore à contenir le terrorisme ; pour combien de temps ? Le moins qu’on en puisse dire est qu'Emmanuel Macron ne leur facilite pas la tâche. Airbus tient bon ; mais, là aussi, ce succès incontestable ne doit pas occulter les nuages futurs : la Chine "pompe", peu à peu, toute notre technologie. Notre savoir-faire nucléaire a été épouvantablement mal géré et la note s’alourdit.

L’immigration en provenance de la Libye diminue, mais c’est au prix d’accords, plus ou moins occultes, avec des chefs de bande ; cela évite de gérer ce problème en France ; cette hypocrisie conduit, logiquement, à l’instauration de marchés aux esclaves.  

Est-ce vraiment cela que souhaite monsieur Juppé ?

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité