Requins en France : quelles sont les zones à risques ?
La peur des requins est étendue sur le territoire Français. Si les chances de se faire attaquer en métropoles sont extrêmement faibles, il existe tout de même des lieux où il vaut mieux rester méfiant.

Les requins sont des animaux mythiques qui font trembler les hommes autant qu'ils ne les fascinent. Stars des films d’horreur, ces bêtes sont souvent considérées comme parmi les plus terrifiantes qui vivent encore à notre époque.

Pourtant, ils sont loin d’être les plus meurtriers. En 2021, les chercheurs de l’International Shark Attack File, le Florida Museum of Natural History et l’American Elasmobranch Society ont recensé, dans leur rapport annuel, 73 incidents non provoqués d’attaques de requin. La même année, ce sont un total de 11 décès qui ont été déclarés dont 9 résultant d’attaques non provoquées, rapporte Géo.

Si ces chiffres sont légèrement plus élevés que les années précédentes, ils restent tout de même proches de la moyenne annuelle mondiale sur les cinq dernières années qui est de 72 incidents.

Quels sont les requins présents sur le territoire français ?

En France, les attaques de requins sont très rares. Pourtant, en métropole, on dénombre tout de même une cinquantaine d’espèces différentes en Méditerranée et une centaine dans l’Atlantique, expliquent nos confrères de RTL. Parmi ces espèces, une grande majorité sont inoffensives comme le requin pèlerin, un géant qui ne dévore que du plancton et est donc sans danger pour l’homme.

Cependant, il existe tout de même des espèces plus dangereuses comme le grand requin blanc, mais celles-ci préfèrent nager dans les profondeurs, loin des plages. C’est d’ailleurs le cas pour la plupart des requins, si bien que les requins bleus, taupes ou pèlerins, tous sans dangers, font partie de ces rares espèces à être observés sur les côtes métropolitaines.

Dans certaines zones françaises, les requins sont malgré tout plus observés qu’ailleurs. Découvrez-les dans notre diaporama*.

*A partir des données de la plateforme collaborative OBSenMER

Bretagne

1/8
Bretagne

Dans cette région, de nombreux requins ont pu être observés sur les côtes. Cependant ils sont sans danger puisque les espèces principalement observées sont les requins-taupes ou les requins pèlerins, particulièrement impressionnants mais inoffensifs.

Normandie

2/8
Normandie

En Normandie, le nombre de requins observés est plus faible qu’en Bretagne. Ici, ce sont principalement des requins-taupes qui sont observés. 

Nouvelle-Aquitaine

3/8
Nouvelle-Aquitaine

Au large de Biarritz et d’Arcachon, plusieurs requins bleus ont été aperçus au fil des années. Ils ne sont cependant pas dangereux pour l’homme. 

Voir la suite du diaporama

Occitanie

4/8
Occitanie

Sur la côte Atlantique, les observations se font également nombreuses en particulier vers Perpignan, où plusieurs requins pèlerins ont été observés, et Montpellier qui abritent de nombreux requins bleus. 

Provence-Alpes-Côte-d’Azur

5/8
Provence-Alpes-Côte-d’Azur

Sur la Côte-d’Azur, le nombre d’observation de requins est élevé, ce ne sont cependant pratiquement que des requins bleus, généralement inoffensifs. 

Corse

6/8
Corse

Au large de la côte Corse, ce sont en grandes majorité des requins bleus qui peuvent être aperçus. Heureusement, ils ne représentent pas de danger pour l’homme. 

Les Antilles

7/8
Les Antilles

Dans les Antilles, les 3 requins les plus dangereux, le grand requin blanc, le requin tigre et le requin bouledogue, pourraient être observés. Néanmoins les attaques recensées restent à un niveau très faible.

La Réunion

8/8
La Réunion

A la Réunion, les requins sont bien plus au cœur des préoccupation des autorités. En effet, entre 2011 et 2021, 27 attaques de requins ont eu lieu dont 11 mortelles. La plupart de ces attaques ont été réalisées par des requins bouledogues. Les requins tigres, également très dangereux, sont eux aussi présents autour de l’île.