Emprise psychologique, interdiction de nourriture, captation financière… D'après les informations du Parisien, la mère et la sœur de Xavier Dupont de Ligonnès sont suspectées d'abus de faiblesse.
Xavier Dupont de Ligonnès : une enquête ouverte contre ses prochesAFP

"Un groupe de prière fermé", de nouveau suspecté par la justice. Il s’agit de Philadelphie, une alliance d'inspiration catholique traditionaliste, créé dans les années 1970 par Violette, surnom de la mère de Xavier de Dupont de Ligonnès. Le groupe, désormais dirigé par Christine, la sœur de l'auteur présumé du quintuple meurtre de sa famille (son épouse et ses quatre enfants) en 2011 à Nantes, présente des risques de dérives sectaire. C’est ce qu’indiquent les témoignages d'une famille reçus par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

Ainsi, Le 24 novembre 2019, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Versailles pour "abus de faiblesse en état de sujétion psychologique visant un mouvement d'inspiration catholique, traditionaliste, radical et apocalyptique", rapporte Le Parisien.

Xavier Dupont de Ligonnès : dénonciation de pratiques étranges

D’après les informations du quotidien, l’été dernier, Olivier et Fabien B., deux frères trentenaires de l'est de la France, se sont plaints à l'Association de défense des familles et de l'individu (Adfi) Alsace pour dénoncer des pratiques étranges. Olivier B., qui assure avoir appartenu à Philadelphie par le passé, indique avoir été forcé de payer les factures téléphoniques de Christine Dupont de Ligonnès.

Les frères B. ont également précisé que leurs parents étaient depuis 20 ans sous l'emprise psychologique de Geneviève Dupont de Ligonnès, porteuse de la parole divine, et de sa fille Christine, présentée comme l'élue.

Rupture familiale, privation de nourriture, choix de musique… Mère et fille auraient au fil du temps exigé, au nom de Dieu, des signes d’allégeance.

Les deux frères s’interrogent aussi sur la disparition des économies de leurs parents. En effet, lors du décès de leur mère, le 31 janvier 2019, leur père, selon eux très affaibli psychologiquement, n’avait pas les moyens nécessaires pour offrir des funérailles à son épouse. Ils ne savent pas non plus où est passé leur argent, notamment celui de la vente de leur seul bien immobilier, d’une valeur de 250 00 euros. S’ils ont saisi le juge des tutelles, leur père, a de son côté déposé une main courante contre ses deux fils, les accusant de manipulation.

Jouez au jeu concours de La Banque Postale et tentez de remporter un chèque cadeau d'une valeur de 500€.

Vidéo : L'homme pris pour Dupont de Ligonnès peut-il être indemnisé ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.