Après 8 ans de cavale, la trace du fugitif le plus recherché de France, que beaucoup croyaient mort, semblait être retrouvée. Xavier Dupont de Ligonnès aurait été arrêté à l'aéroport de Glasgow (Ecosse) ce vendredi 11 octobre 2019. Est-ce vraiment lui ? Comment aurait-t-il pu tenir autant de temps ?
AFP

Fin de cavale pour Xavier Dupont de Ligonnès ?  Alors que beaucoup le pensaient mort, son arrestation à l’aéroport de Glasgow en Ecosse ce vendredi 11 octobre semble mettre fin au grand mystère de la justice française. L’affaire, qui remonte à 2011 est considérée comme "l’une des plus grandes énigmes criminelles de ces dernière années", indique Eric Pelletier, journaliste au Parisien, à France 24.

L’homme est soupçonné d’avoir exécuté sa famille (sa femme et ses quatre enfants) à Nantes en avril 2011, avant de disparaître à son tour. Des restes humains avaient été retrouvés enterrés dans le jardin de la maison familiale par des enquêteurs, rapporte Le Parisien.

D’après les autopsies pratiquées sur les cinq dépouilles, la mère et ses quatre enfants ont été exécutés d'une manière "méthodique" dans leur sommeil. Une information judiciaire contre X  a alors été ouverte pour assassinat par le parquet de Nantes et un mandat de recherche pour Xavier Dupont de Ligonnès, comme "témoin", a été diffusé dans l'espace Schengen. L’homme ne sera jamais retrouvé. La piste d’un suicide est alors évoquée.

Or, après 8 ans d’errance, la trace du meurtrier présumée, signalée des centaines de fois, paraît bel et bien trouvée.

Xavier Dupont de Ligonnès arrêté ? Une apparence méconnaissable

Selon les policiers écossais qui l’ont arrêté, l'homme aurait "changé d'apparence" et serait "méconnaissable" par rapport à la photographie qu'ils avaient. Seule la taille semble coïncider avec celle du suspect. "Il ne ressemble en effet plus aux images diffusées sur la fiche Interpol, ce qui a pu faciliter son passage à la frontière puisqu’il est parti de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle (Ndlr à Paris)", précise le journaliste.

Un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur a d’ailleurs déclaré à Ouest France : "Il faut le voir pour le croire, il est absolument méconnaissable. S’il n’y avait pas les empreintes, on ne penserait pas que c’est lui."

Toutefois, les enquêteurs se veulent prudents. Ils attendent "les comparaisons ADN pour être complètement certains". Les résultats seront définitivement connus ce samedi 12 octobre, précise LCI.

Et ils semblent avoir raison. Car selon les inforamtions du  BFMTV confirmées par l'AFP, l'ADN ne correspond finalement pas. Dans la nuit, le procureur de Nantes avait d'ailleurs appelé à la prudence : les empreintes digitales concordées seulement en 5 points (au lieu des 15 nécéssaires) et l'écart entre les yeux était trop prononcé.

Vidéo : L'ancienne maison de Dupont de Ligonnès a été vendue

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.