La tempête Ciara va frapper la France dimanche 9 février et apporter avec elle un temps agité. Vent, pluies, vagues... Certaines régions seront plus exposées que d'autres.
Tempête Ciara : à quoi faut-il s’attendre ?IllustrationIstock

Le week-end va être agité. Alors que certains espéraient passer un week-end aussi ensoleillé que le précédent, la météo en a décidé autrement. Depuis plusieurs jours, les prévisionnistes craignent l’arrivée d’une grosse tempête sur la façade atlantique du pays et ils ne se sont pas trompés. Météo France a publié un communiqué jeudi 6 février précisant où et quand la tempête Ciara allait frapper l’Hexagone. Celle qui est qualifiée de "forte tempête hivernale" est attendue dimanche 9 février sur le nord du pays "mais aussi sur le Benelux et un tiers nord de la France". "Cette forte tempête hivernale sera associée à des vents durablement forts ainsi que de très probables submersions côtières", prévient Météo France.

Tempête Ciara : quelles régions seront touchées ?

Précision, la zone d’impact de cette tempête pourrait être élargie "à une large moitié nord" de la France. "La tempête Ciara impactera les régions au nord de la Loire dimanche, voire une large moitié nord dans la nuit de dimanche à lundi, explique l’institut. Les départements bordant la Manche semblent particulièrement exposés aux vents tempétueux, avec des rafales côtières pouvant dépasser les 130 km/h, voire 140 km/h près du Pas-de-Calais ; idem sur le relief (notamment les Vosges et le Jura)". L’intérieur des terres ne sera pas épargné puisqu’au nord de la Loire, "les rafales devraient être généralement comprises entre 100 et 120 km/h au plus fort de l’épisode". Selon le site spécialisé Agate France, sur le reste de la moitié nord, les rafales de vent attendues devraient être comprises entre 80 et 110 km/h.

Comme l’explique Sud-Ouest, la tempête coïncide avec de très forts coefficients de marée, qui seront de 93 et 98 dimanche, de 103 et 106 lundi. Le coefficient donne l’amplitude de la marée, c’est-à-dire la différence entre la basse mer et la pleine mer : plus le coefficient est élevé, plus l’eau est haute lors de la pleine mer. Résultat, selon le quotidien régional, il va falloir s’attendre à de la houle et des vagues sur la façade Atlantique, au point que Météo France évoque de "très probables submersions côtières". Autant d’éléments qui invitent à la vigilance.

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Vidéo : Météo France s'offre un super calculateur pour ses prévisions

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.