"Je m'appelle Daphné, j'ai 37 ans et je vis en Provence dans une maison en pleine garrigue avec mon mari et mes deux garçons. C'est à la naissance de mon premier enfant, il y a 18 ans, que je me suis décidée à me lancer dans l'échange de maisons".
Istock

Je rêvais d’aller à Montréal et j’ai pensé que cela pourrait être la bonne solution pour financer ce voyage.

Notre bébé avait moins d’un an et moi qui adorait voyager en mode sac à dos, je me suis dit que cela allait être plus compliqué désormais. Trimballer tout le matériel nécessaire pour un enfant, dormir confinés dans une chambre d’hôtel, sans compter les frais qui se rajoutent pour voyager en famille. J’avais entendu parler de l’échange de maisons. J’ai alors emprunté un ordinateur et me suis lancée. Quelques mois plus tard, on faisait notre premier échange : 3 semaines entre une grande maison à Montréal et la résidence secondaire de nos échangeurs au bord d’un lac. Les voitures étaient également incluses.

Depuis ce premier échange, je n’ai plus arrêté !

Je me suis inscrite successivement sur plusieurs sites. Mais depuis quelques années, j’ai une préférence pour "Trocmaison"*, dont l’état d’esprit me plaît.

Au début, je ne me sentais pas suffisamment confiante dans mon niveau d’anglais pour faire un échange avec une famille non-francophone. L’échange de maisons m’a encouragée à pratiquer les langues étrangères pour ne plus être limitée. Les étés suivants, nous étions dans le Connecticut, puis Londres, San Francisco, Sydney… Nous ne comptons plus aujourd’hui le nombre de voyages effectués par ce biais, mais nous devons être proches des 50 échanges.

Au tout début, nous n’échangions notre maison qu’une fois par an. Aujourd’hui, nous en sommes à 3 à 4 annuel en moyenne.

A lire aussi : Témoignage : "Être misophone, c’est se sentir vulnérable à chaque instant" 

Des économies, mais aussi un goût du partage

La première motivation quand on échange sa maison demeure les économies réalisées. Mais très vite, nous avons découvert l’état d’esprit commun à tous les échangeurs : le goût du partage. Echanger sa maison permet de découvrir un pays à travers le regard de ses habitants. On explore souvent des lieux et adresses connus essentiellement des locaux grâce à leurs conseils. C’est également un mode de voyage idéal pour les familles car nous arrivons toujours dans un logement équipé pour recevoir des enfants : la chaise haute, le lit bébé, le siège-auto, les jouets… sont déjà sur place.

En contre-partie, il faut être prêt à consacrer du temps pour préparer cet échange et à rester disponible au quotidien pour les questions des échangeurs. Cela nous a incité également à faire de menus travaux pour améliorer sans cesse notre résidence.

Je n’ai que des expériences réussies

Je n’ai eu aucune mauvaise expérience, à part quelques verres cassés.

Il y a tellement de solidarité qu’il y a trois ans, en Nouvelle-Zélande, nous avions quitté la maison de nos échangeurs à Auckland pour partir faire un "road trip**". Arrivée quelques jours plus tard à l’aéroport, j’ai réalisé que nous avions oublié notre trousse de toilette lors de notre passage dans la dernière auberge de jeunesse. J’ai demandé à nos échangeurs s’ils pouvaient nous aider à contacter l’établissement qui ne répondait pas. Quelques jours plus tard, j’ai eu la surprise de recevoir chez moi, à notre retour en Provence, un colis contenant la dite trousse de toilette. Ils avaient fait trois heures de route pour aller la récupérer et nous l’envoyer.

Des conseils pour les futurs échangeurs

Je pense que l’essentiel dans ce genre d’expériences est d’avoir envie de partager et d’être curieux. L’échange de maisons nous emmène parfois dans des lieux incongrus, où nous ne serions pas spontanément allés.

Le mieux : être ouvert avec l’envie de s’investir dans ce style de voyage pour faire en sorte que les personnes avec qui vous échangerez votre logement se sentent accueillis comme s’ils étaient des amis. Voyager ainsi permet de voyager plus loin, plus longtemps et plus souvent et de remettre l’humain au coeur de tout.

Tous nos remerciements à Daphné pour son témoignage, blogeuse du site www.befrenchie.fr

* Il existe différentes plate-formes d’échanges spécialisée dans ce domaine comme Trocmaison.com, Switchome.org, Homelink.fr, Intervac.fr, Profvac.com (pour les professeurs)…. Vous aurez à vous enregistrer comme membre pour consulter les offres, proposer votre logement en rédigeant une offre détaillée et réaliste (ajoutez des photos), sélectionner celles qui correspondent à vos attentes et contacter vous-même les propriétaires par téléphone ou par e-mail. Ces sites sont très souvent payants, mais garantissent une mise en relation avec des personnes ayant réellement envie d’échanger leur maison.** road-trip : voyage en voiture

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.