Jean d'Orléans, comte de Paris et prétendant Orléaniste au trône de France vient de succéder à son père, Henri. Mais il n'est pas le seul, en France, à revendiquer un trône qui n'existe plus aujourd'hui…
Jean d'Orléans, Louis de Bourbon, Jean-Christophe Napoléonabacapress

Ces gens qui prétendent au trône de France en 2019 : Jean "IV" d’Orléans, comte de Paris

Le comte de Paris, Henri d’Orléans, chef de la "Maison de France" et prétendant orléaniste au trône de France vient de mourir. Il est décédé le 21 janvier 2019, date anniversaire de l’exécution de Louis XVI. Son ancêtre, Louis Philippe (aussi appelé Philippe Egalité) était le cousin du monarque, dont il a voté la mort, rappelle Le Monde.

A lire aussi : Tableaux de maîtres, millions, domaines… Qu’est devenu le trésor du richissime comte de Paris ?

Publicité

Il lègue, comme l’a expliqué Planet, son titre de courtoisie à son fils Jean d’Orléans. Ce dernier prétend également au trône de France. Il assure d’ailleurs être l’héritier des quarante rois qui ont fait la France" et entend "servir la France et les Français".

Publicité

Né à Boulogne-Billancourt en 1965, Jean d’Orléans revendique le nom de Jean IV et se fait appeler "monseigneur" par ses partisans, rapporte Le Parisien. A 53 ans, il vit désormais à Dreux, en Eure-et-Loir. En 2009, il publie l’ouvrage Un prince français aux éditions Pygmalion. Depuis l’écriture du livre et sa participation à la Manif pour Tous en 2012, il s’est fait relativement discret.

"Je pense que la France et monarchiste de cœur et républicaine de raison", déclarait-il toutefois en mai 2018, aux micros de Complément d’enquête.

Plusieurs querelles familiales – portant notamment sur des questions d’héritage ou d’ordre successoral – ont animé les relations de la famille d’Orléans. Quand Henri d’Orléans a réhabilité son aîné, François, et fait de lui son dauphin, Jean a contesté cette décision par exemple. Le duc de Vendôme a pointé du doigt le handicap mental de son frère ainsi que la décision prise par son grand-père d’écarter François de la succession dynastique. Autre point de discorde : le leg de son grand-père, dont il voulait lui aussi bénéficier.Il s’est marié en 2009 avec Philomena de Tornos y Seinhart, aristocrate d’ascendance hispanique et autrichienne. C’est Rachida Dati, à l’époque Garde des Sceaux et maire à Paris qui a présidé la cérémonie.