Le corps de la petite Vanille, un an, a été retrouvé dans une benne à vêtements d'Angers. Sa mère, qui présente des troubles psychiatriques, a avoué l'avoir tuée.
Mort d’une fillette d’un an : la personnalité troublante de sa mèreIllustrationAFP

Sa personnalité pose questions. Nathalie Stephan est accusée du meurtre de sa fille, Vanille, pour laquelle une alerte enlèvement avait été déclenchée samedi 8 février dans la journée. Âgée de 39 ans, elle a avoué le meurtre de la fillette d’un an dimanche, quelques heures seulement après avoir été retrouvée dans un hôtel de Nantes (Loire-Atlantique), mais seule. Le corps du bambin a été découvert dans un conteneur à vêtement d’Angers (Maine-et-Loire), ville où elles vivaient toutes les deux. La trentenaire a été placée en garde à vue pour "meurtre aggravé" et les enquêteurs s’interrogent désormais sur sa personnalité car, comme le précise L’Express, elle a tenu des propos contradictoires lors de son interrogatoire par les forces de l’ordre.

Meurtre de Vanille : une mère qui a "des troubles psychiatriques importants"

Au moment du meurtre de sa fille, Nathalie Stephan était hébergée depuis un an dans le centre maternel d’Angers, un foyer qui accueille les femmes enceintes et les mères isolées en difficultés. Comme l’a expliqué le procureur de la République d’Angers dimanche 9 février, la presque quadragénaire présente "des troubles psychiatriques importants" et a donné "très peu d’explications" sur son geste. Pourtant, l’examen médical auquel elle a été soumise n’a pas révélé de "contre-indication" avec une garde à vue. Selon les informations du Parisien, la suspecte aurait affirmé aux enquêteurs avoir "étouffé" sa fille alors qu’elles se trouvaient ensemble dans un parc d’Angers. D’après une source proche de l’enquête, citée par le quotidien francilien, Nathalie Stephan "a peu d’entourage amical et familial". Face aux enquêteurs, elle aurait alterné entre le silence et les contradictions, affirmant notamment avoir déposé sa fille chez une amie, mais sans leur donner son identité.

Comment expliquer ce geste ? C’est ce à quoi vont désormais s’atteler les forces de l’ordre, alors que la jeune femme devait changer prochainement de centre d’accueil. D’après une source proche du dossier, citée par Le Parisien, "il y a plusieurs hypothèses. Peut-être qu’elle estimait ne plus arriver à assurer l’éducation de Vanille. Ou alors la perspective d’un changement de prise en charge de sa fille l’a perturbée". Elle a été décrite comme une femme discrète et qui ne présentait pas de danger pour ses enfants.

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Mort d'une fillette d'un an, tuée par sa mère : que s'est-il passé ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.