Le jour de sa mort, Elisa Pilarski promenait son chien Curtis. L'animal est-il impliqué dans le décès de sa maîtresse ? Les enquêteurs s'interrogent sur son passé, mais son maître le défend.
Sommaire
Mort d'Elisa Pilarski : pourquoi Curtis est toujours soupçonné

Il était avec sa maîtresse le jour de sa mort. Curtis est le chien que promenait Elisa Pilarski le 16 novembre dans cette forêt de l’Aisne où son corps a été retrouvé. Un temps présenté comme un American Staffordshire, l’animal de deux ans serait en réalité issu d’un croisement entre un lévrier whippet et un Patterdale terrier. Curtis a été retrouvé par son maître non loin du corps de sa compagne et, depuis, les enquêteurs s’interrogent sur son implication dans le drame. Il se trouve depuis la fin du mois de novembre dans un refuge de Beauvais (Oise), où il a mordu une bénévole.

Mort d’Elisa Pilarski : Curtis a-t-il participé à des concours de chien mordant ?

S’il revient une nouvelle fois au cœur de l’enquête, c’est parce que la justice le soupçonne d’avoir participé à des concours de chien mordant. Selon les informations de BFMTV, également relayées par Le Point, Curtis aurait participé à des concours de chiens mordants aux Pays-Bas. Comme l’explique la chaîne télévisée, c’est une discipline sportive lors de laquelle les chiens doivent se soumettre à des exercices de sauts, d’obéissance mais aussi de mordant. Selon l’entourage du couple, le chien n’a pas participé à de telles compétitions aux Pays-Bas, mais aurait tout de même été présent en Belgique pour des concours de sauts en longueur et en hauteur. Cités par BFMTV, des proches de Christophe Ellul expliquent que Curtis a pu être amené à mordre un "boudin" qui servait de "récompense" lors des compétitions, "pour jouer".

Depuis le drame survenu le 16 novembre, Curtis aurait mordu à trois reprises : une première fois son maître, puis une bénévole du refuge mais aussi un proche de Christophe Ellul, explique BFMTV. Selon la chaîne télévisée, "juste après la découverte du corps d’Elisa, un membre de la famille est chargé de garder le chien, pendant que Christophe Ellul est entendu à la gendarmerie". Devant un comportementaliste canin, le chien aurait mordu sa laisse puis la veste de ce proche chargé de s’occuper de lui. Dans le rapport cité par BFMTV, le spécialiste aurait écrit : "Ca a pu commencer comme ça", faisant référence à l'attaque dont a été victime la jeune femme. Un élément qui n’a pas été prouvé par l’enquête, les forces de l’ordre n’ayant, pour l’heure, privilégié aucune piste. Désormais, les enquêteurs s’interrogeraient également sur l’origine d’une morsure d’Elisa Pilarski, qui serait survenue quelques mois seulement avant sa mort.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.