Ecouter l'article :

Hospitalisé depuis le 28 avril à l'hôpital de la Salpêtrière de Paris, le tueur en série de 79 ans est décédé ce lundi 10 mai. Il avait avant cela été hospitalisé en novembre dernier au centre hospitalier Henri Mondor de Créteil en réanimation sous un pseudonyme.
Mort de Michel Fourniret : ce nom d'emprunt secret sous lequel il était hospitaliséAFP

Michel Fourniret est mort à 79 ans ce lundi 10 mai. C'est le procureur de la République de Paris qui l'a annoncé à l'AFP. Le tueur en série était hospitalisé à l'Unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI) de la Pitié-Salpétrière à Paris depuis le 28 avril dernier, selon le ministère de la Justice. Le Parisien assure que l'ogre des Ardennes souffrait "de problèmes cardiaques et de la maladie d’Alzheimer" et avait "été placé dans le coma et serait considéré par les médecins comme non réanimable". Selon le quotidien, un protocole d'accompagnement de fin de vie avait été engagé.

Hospitalisé sous le pseudonyme Thomas Petit

Le tueur en série avait déjà été hospitalisé le 20 novembre 2020 après avoir été trouvé inconscient sur le sol de sa cellule. Il avait d'abord été soigné et pris en charge au centre hospitalier Henri Mondor de Créteil, avant d'être transféré à l'unité hospitalière sécurisée interrégionale de Paris, le vendredi 4 décembre. Selon Le Parisien, Michel Fourniret y était hospitalisé au sein du service réanimation sous le pseudonyme de Thomas Petit et placé sous la protection permanente de deux policiers du Val-de-Marne afin d'assurer sa sécurité avant son transfert. Il ne bénéficiait d'aucune visite autre que celles du personnel médical. Les fouilles réalisées pour tenter de retrouver le corps de la petite Estelle Mouzin avaient dû se faire sans lui dès le 7 décembre dernier en raison de son état de santé.

"Si un procès était envisagé aujourd'hui, il ne serait pas en état de comparaître. Il va falloir conclure très vite les investigations si on veut avoir une chance de le juger, ce que certaines familles attendent depuis 30 ans…", assurait déjà au Parisien une source proche du dossier en décembre dernier. L'avocat du père d'Estelle Mouzin ne se faisait pas d'illusion quant à la tenue d'un éventuel procès dans l'affaire Estelle Mouzin en raison de l'état de santé de Michel Fourniret. "Il ne sera pas jugé pour l'affaire Estelle Mouzin parce qu'il n'est pas en état d'être jugé", assurait en effet Me Didier Seban sur le plateau de C à vous le 7 avril dernier.

"Il ne sera pas jugé pour l'affaire Estelle Mouzin"

Un retard qui suscitait la colère de l'avocat, qui regrette que l'enquête ne se soit pas concentrée sur lui plus tôt. "C'est le sens de notre colère. Quand nous disions, il y a quinze ans 'C'est sûrement lui, enquêtez, vérifiez', il aurait été jugé, il aurait pu donner d'autres renseignements. Demain, il n'y aura que Monique Olivier dans le box et il manquera une partie de l'histoire", déplorait l'avocat du père de la fillette. Déjà condamné à la perpétuité à deux reprises pour les meurtres de huit femmes, Michel Fourniret en a avoué trois autres ces dernières années : ceux de Marie-Angèle Domèce, 18 ans, de Joanna Parrish, 20 ans, et d'Estelle Mouzin, fillette de 9 ans disparue en 2003 à Guermantes. Il était mis en examen dans ces trois affaires et ne sera donc jamais jugé pour ces meurtres.

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.