La visite du propriétaire d'Europe 1 dans les locaux de la radio n'a pas été du goût de tous. Patrick Cohen a d'ailleurs fait une sortie spectaculaire, après sa prise de bec avec Arnaud Lagardère.

Audience en baisse, précarité des journalistes web … sont les principales préoccupations des salariés de la station. C’est dans le réfectoire des nouveaux locaux d’Europe 1, dans le 15 e arrondissement de Paris, que l’ensemble des employés sont venus écouter leur patron pendant plus de deux heures et en ont profité pour adresser leurs doléances.

Arnaud Lagardère a tenu à rassurer ses équipes sur le sort de la radio. Celle-ci ne sera pas vendue, malgré deux saisons relativement difficiles, qu’il a d’ailleurs qualifiées "d’échec". En effet, Europe 1 a dégringolé à la 7e place en terme d'audience avec 3 198 000 auditeurs, selon Médiamétrie en avril dernier. Depuis plus de deux ans, la station de radio perd "1500" auditeurs par jour, déclarait le PDG, Laurent Guimier au Monde en novembre 2018

Publicité

Arnaud Lagardère : "les pigistes ne seront pas titularisés"

Peu d’annonces concrètes ont été formulées. En revanche la précarité à laquelle font fassent les journalistes web, dont 14 sur 30 sont sous le statut de pigiste depuis trois ans, comme le déplore l’une d’entre elle dans Le Monde, n’était pas à l’ordre du jour. En effet Lagardère a annoncé que "les pigistes ne seront pas titularisés", malgré une motion de défiance votée à son encontre le 18 avril dernier, dénonçant les conditions précaires de travail. Il a par ailleurs tenté d’ironiser à ce sujet en évoquant les hauts salaires de certains journalistes, qui ont voté cette motion.

Publicité

Patrick Cohen a eu du mal à digérer les paroles de son patron. Il a pris le micro et a dénoncé des propos "inacceptables" et "inqualifiables" de la part de son patron, rapporte Le Parisien. "Je me sens solidaire des gens avec lesquels je travaille. Leur précarité est une cause que je défends", clame-t-il, avant de quitter la réunion.

Arnaud Lagardère ne compte pas lâcher Europe 1 

Or, la contestation de ce salarié n'a pas coupé l'élan de joie et de bonne humeur du propriétaire de la station. "Ce matin, en vous voyant et en vous écoutant toutes et tous réunis, j’étais fier de votre attachement exigeant à Europe 1 et fier de vous avoir à mes côtés. Vous pouvez compter sur mon soutien sans équivoque. Un pour tous et tous pour Europe 1 !", a-t-il écrit en légende d’une photo sur Instagram, où il parle très rarement "boulot".

Publicité

Reconduction de Nikos Aliagas à la tête de la matinale pour la saison prochaine ? Départ du PDG Laurent Guimier, en arrêt maladie suite à une grave chute en avril dernier ? Arnaud Lagardère a annoncé que "la décision n’est pas encore prise", pourtant l'un des participants a confié au Parisien que "par plein d’allusions vachardes, on a compris que c’était plié…"  

La grille de rentrée n’a pas encore été dévoilée, mais une chose est sûre, c’est qu’aucun moyen ne sera investi pour engager des stars de la radio, comme cela a été le cas par le passé avec Cyril Hanouna, Laurence Boccolini ou Daphné Bürki. Il a au contraire insisté sur le fait de "valoriser les talents maison" et a par ailleurs promis de "renforcer la place de l’information dans la matinale".