Une faible partie des personnes infectées pourraient transmettre le Covid-19 à un plus grand nombre. Les chercheurs s'intéressent désormais au facteur k, un indicateur de dispersion du virus.
Coronavirus : c’est quoi le facteur k ? AFP

Il reste encore un mystère pour les chercheurs. Depuis le début de l’épidémie de coronavirus Covid-19 en décembre dernier, les scientifiques du monde entier tentent de comprendre comment le virus peut se transmettre aussi rapidement et ils élaborent des scénarios pour la suite. Un phénomène est particulièrement intrigant : celui des clusters. Comment expliquer qu’une seule personne positive puisse en infecter beaucoup d’autres en très peu de temps ?

Covid-19 : comment l’épidémie se diffuse-t-elle ?

Le taux de reproduction (R0) du Sars-Cov-2 est de 3 selon les épidémiologistes. Ces derniers se concentrent ainsi sur le nombre moyen de personnes qui peuvent être contaminées par une autre mais, comme l’explique Futura Sciences, ce R0 ne serait pas vraiment proche de la réalité. Auprès du magazine Science, le virologue américain Jamie Lloyd-Smith précise que, "la norme, c’est que ce taux de reproduction est de zéro. La plupart des gens ne transmettent pas le virus". Alors comment expliquer que le Covid-19 continue de circuler en France et dans de nombreux autres pays ? Pour répondre à cette question, des scientifiques se fient au facteur k, un indicateur de dispersion du virus.

Ce facteur k permet d’évaluer si le taux de reproduction (R0) du virus est homogène entre les malades. Comme le précise Sciences et Avenir, plus k est petit moins les contaminations sont homogènes. Cela signifie donc qu’un petit nombre de personnes est responsable d’une majorité de contaminations. En 2005, une étude publiée sur le SRAS dans la revue Nature stipulait que "les estimations du R0 au niveau d’une population peuvent masquer des variations individuelles considérables en matière d’infectiosité". À combien est le facteur k pour le Covid-19 ?

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.