En 1985, la piste de l'infanticide est évoquée pour la première fois dans l'affaire Grégory. Enceinte, Christine Villemin vit un nouveau drame, quelques mois seulement après la disparition de son fils. Son avocate a fait de rares confidences auprès de France 2.
Affaire Grégory : cet autre drame après la disparition du petit garçonAFP
Sommaire

37 ans d’épreuves. Christine et Jean-Marie Villemin voient leur vie basculer le 16 octobre 1984, au moment où leur petit garçon de quatre ans disparaît de chez eux. Ce jour-là, la mère de famille se trouve à l’intérieur du pavillon de Lépanges-sur-Vologne (Vosges), alors que son fils joue tranquillement devant la bâtisse. C’est un village tranquille, on connaît ses voisins et on ne craint rien. Pourtant, en fin d’après-midi, le petit Grégory se volatilise plusieurs heures, avant que son corps ne soit retrouvé dans la Vologne. Le garçonnet, encore habillé, a les pieds et les mains liés.

Affaire Grégory : le scénario privilégié

Qui a bien pu s’attaquer à cet enfant de quatre ans ? 37 ans après les faits, la question n’a toujours pas de réponse définitive. Dès le début de leur enquête, les gendarmes puis les policiers mettent au jour de profondes tensions et de vieilles rancœurs au sein du clan Villemin. Jean-Marie a une bonne situation, il évolue vite dans son entreprise – un peu trop au goût de certains – et meuble sa maison avec de nouvelles fournitures. Frères et sœurs, cousins, oncles, tantes… Beaucoup ont des raisons d’en vouloir au "chef", mais ont-ils pour autant mis leur vengeance à exécution ce 16 octobre ?

Pour la justice, le scénario privilégié est désormais celui d’un crime collectif, dans lequel plusieurs protagonistes auraient joué un rôle essentiel : une personne aurait enlevé le petit garçon, mais une autre l’aurait tué. Plusieurs auraient également tenu le rôle du corbeau, qui a harcelé le couple Villemin ainsi que les parents de Grégory, par écrit et au téléphone, bien avant la mort du garçonnet. Avant d’arriver à cette conclusion, la justice a longtemps cru que le coupable était Bernard Laroche, cousin de Jean-Marie Villemin, mais s’est aussi penchée sur Christine Villemin elle-même. Accusée par certains du meurtre de son fils, la mère de famille a vécu un nouveau drame au même moment, en perdant un second enfant…

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.