219 vues

Au deuxième jour d'une trêve "humanitaire" décidée par Moscou à Alep, aucune évacuation de blessés de la partie rebelle de cette ville n'a eu lieu vendredi matin et personne n'avait emprunté les couloirs établis pour le passage de civils et de rebelles.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés