Le manque à gagner dû au coronavirus s'élève à cinq milliards d'euros pour les exploitants de transports publics. Le secteur fait appel à l'État pour sortir de l'impasse.
Pourquoi les transports publics sont-ils au bord de la faillite ?

Depuis le début de la crise sanitaire, le réseau lyonnais n'a pas lésiné sur les moyens. Bornes de désinfection des mains, autocollants, plexiglas... Le Sytral a dépensé cinq millions d'euros pour assurer la sécurité sanitaire des usagers. Des dépenses qui ont eu lieu au pire des moments alors que la fréquentation du réseau était en chute libre. Pour ne rien arranger, les entreprises lyonnaises, qui paient habituellement sur chaque salaire une taxe pour les transports en commun, ont réduit leur versement. Les salariés étant au chômage partiel. Au total, le Sytral a perdu 165 millions d'euros avec la crise. Sa dirigeante a fait appel au gouvernement pour obtenir un plan national de soutien aux transports en commun. Mais depuis un mois, sa lettre est restée sans réponse.Sur tout le territoire, les régies de transports des grandes villes connaissent les mêmes difficultés. En Île-de-France, les pertes atteignent des records. Sur les 10 milliards nécessaires cette année pour faire fonctionner les bus, les métros et les trains, il en (...)

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !