Patrick Chesnais, frappé de plein fouet par le coronavirus, a sombré dans une nouvelle et profonde dépression…
Patrick Chesnais : Anéanti !

Qu'elle est difficile à vivre, cette période à laquelle rien ne nous préparait ! Nos repères, nos habitudes, nos plaisirs ont soudain disparu, comme si on nous avait arraché nos existences. Patrick Chesnais, lui aussi, a vécu l'arrivée du Covid-19 et toutes ses conséquences comme un raz-de-marée. Comme une explosion qui aura fait voler en éclats son goût de la vie, lui qui, déjà, avait affronté le pire qui puisse arriver à un être humain : la mort de son fils Ferdinand, disparu dans un accident de voiture en octobre 2006, à l'âge de 20 ans.

Certes, depuis ce drame, Patrick Chesnais s'était lentement, douloureusement, reconstruit. À sa façon, entre autres en écrivant sur ce fils parti bien trop tôt. Avec la rédaction du livre Il est où Ferdinand ? Journal d'un père orphelin, paru en 2008 aux éditions Michel Lafon, sans doute tentait-il de faire exister un peu plus cet enfant que la mort lui avait retiré. C'est sur cette même impulsion qu'il avait fondé l'association Ferdinand, destinée à lutter contre l'alcool au volant, cause de l'accident de voiture qui avait enlevé son garçon.

Mais malgré tous ses efforts, et de multiples...

Lire la suite sur Francedimanche.fr

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !