Ses avocats ont opté pour une défense frontale en demandant l'annulation de la procédure judiciaire contre leur client.
Où en est l'affaire Carlos Ghosn, un an après l'arrestation de l'ancien patron de Renault-Nissan ?

C'était il y a un an. Le 19 novembre 2018, Carlos Ghosn, grand patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, était interpellé par la police japonaise alors qu'il atterrissait à Tokyo. Sorti de prison sous conditions le 25 avril dernier, l'ex-dirigeant a passé au total 130 jours en détention au Japon. Depuis sa villa d'un quartier de la capitale, où il est assigné à résidence, il prépare minutieusement sa défense, entouré d'une équipe d'avocats japonais et de "six autres cabinets juridiques aux Etats-Unis, en France, aux Pays-Bas et au Liban", selon Le Monde.

Le Franco-Libano-Brésilien fait l'objet de quatre inculpations à l'autre bout du monde : deux pour "non-déclaration aux autorités boursières de rémunérations différées" et deux autres pour "abus de confiance aggravé". Il encourt jusqu'à quinze ans de prison. Sa stratégie est claire : il nie toutes les accusations et se dit victime d'un complot politico-industriel. "Cette affaire n'aurait jamais dû être portée en justice", affirment ses avocats dans un communiqué diffusé le 23 octobre dernier.

Une ligne de défense radicale

La stratégie de défense de Carlos Ghosn s'annonce intransigeante :...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !