Après deux années de perte, la coopérative française, connue pour ses marques Beghin Say et La Perruche, a renoué avec les bénéfices, mais son endettement est élevé.
La situation financière de la coopérative sucrière Tereos reste tendue

Les groupes sucriers continuent à naviguer en eaux tumultueuses. La coopérative française Tereos, connue pour ses marques Beghin Say et La Perruche, n’échappe pas aux aléas du marché. Même si elle a présenté, mercredi 3 juin, des résultats annuels en amélioration, la crise du Covid-19 bouleverse à nouveau la donne.

Pour l’exercice fiscal qui s’est achevé le 31 mars 2020, Tereos affiche un chiffre d’affaires quasi stable, à 4,5 milliards d’euros. Son résultat opérationnel progresse de 53 % à 420 millions d’euros. Enfin, la coopérative affiche un résultat positif de 24 millions. Elle a donc renoué avec les bénéfices après deux années de perte. Mais cette performance est à relativiser.

Marge de manœuvre étroite

Pour se donner un peu d’oxygène financier, Tereos avait arrêté, il y a un an, sa collaboration avec l’italien ETEA sur le marché de l’alcool. Ce désengagement lui avait rapporté 220 millions d’euros et se soldait par une plus-value de 140 millions. Un montant inscrit dans les résultats exceptionnels, ce qui permet d’afficher un bénéfice.

Le souci majeur de la coopérative reste sa...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !