La crise du coronavirus « doit faire passer un nouveau cap aux dirigeants, avec l'exigence d'une véritable horizontalité », analyse la consultante, commentant un sondage Ifop-Societer-l'Opinion mené régulièrement pendant la crise du coronavirus
«La gouvernance de l’entreprise, réacteur de l’engagement sociétal». La tribune d’Aurélie Motta-Rivey

La crise du Covid-19, révélatrice des inégalités sociales, a renforcé la maturité du débat public sur la gouvernance des entreprises. Si la loi Pacte a permis de stimuler l’engagement sociétal, force est de constater que l’épisode doit faire passer un nouveau cap aux dirigeants, avec « l’exigence d’une véritable horizontalité », selon Frédéric Dabi, de l’Ifop. Il convient de passer du discours aux actes, et d’aligner responsabilité, business, culture et structures de l’entreprise.

Les « salariés-citoyens » souhaitent ainsi participer activement aux décisions impactant l’avenir : « En rupture avec les schémas passés de gouvernance verticale, il est souhaité que les salariés puissent être davantage associés aux engagements sociétaux et environnementaux de l’entreprise. Cette demande de meilleure imbrication entre le “haut”et le “bas” de l’entreprise supplante désormais nettement ce que les Français perçoivent comme des vœux pieux en matière de meilleure représentativité des instances de gouvernance », poursuit Frédéric Dabi, analysant un nouveau sondage réalisé pour Societer et l’Opinion.

Les modes de...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !