Alors que Boris Johnson demande à la France de reprendre les migrants arrivés au Royaume-Uni, Gérald Darmanin a annulé la venue des Britanniques à une réunion de crise prévue ce dimanche avec les pays voisins et la commission européenne. Cette dernière était la grande absente depuis le début des tensions. Reste à savoir quel rôle sera le sien dans les prochains jours.
Immigration : Paris et Londres s'embrouillent, l'Union Européenne s'efface

Emmanuel Macron appelle l'Europe à la rescousse alors que le ton monte entre la France et le Royaume-Uni, après le naufrage qui a coûté la vie à 27 migrants mercredi 24 novembre. De part et d’autre de la Manche, les gouvernements se renvoient la balle sur la question de leur responsabilité dans ce drame. Alors que le nombre de tentatives de traversées a doublé ces trois derniers mois, Boris Johnson campe sur une ligne dure : il enjoint la France à sécuriser davantage ses frontières et plaide pour la négociation d’un accord de réadmission « pour permettre le retour de tous les migrants illégaux qui traversent la Manche ». Une réunion multilatérale – dont a été exclu le Royaume-Uni – doit se tenir ce dimanche 28 novembre à Calais en présence des ministres de l'immigration belge, allemand, néerlandais, et de la Commission européenne.À LIRE AUSSI : Crise des migrants à Calais : au moins 27 morts dans un naufrageQue faut-il en attendre ? « Je pressens que la France va demander un renforcement des contrôles aux frontières extérieures de l’Union Européenne. Parce qu’avant d’arriver à Calais, les migrants sont entrés par l’Espagne, l’Italie ou la Hongrie », observe Matthieu Tardis,...