ÉPIDÉMIE - Gilles Simeoni, le président du Conseil exécutif de Corse, a finalement reconnu qu'il n'avait pas la main pour imposer son fameux "green pass" aux futurs touristes arrivant sur l'île.
Déconfinement : la Corse reconnait ne pas pouvoir imposer son passeport sanitaire

Il ne perd pas tout espoir. Le président nationaliste du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni a réaffirmé sa volonté de garantir la sécurité sanitaire pour le tourisme tout en reconnaissant qu'il n'avait "pas la volonté ou les moyens d'imposer à quiconque" son passeport sanitaire pour accéder à l'Ile de Beauté.

"Nous avons fait une proposition, elle est sur la table, elle est perfectible, elle est susceptible d'être modifiée", a-t-il déclaré lors d'une session extraordinaire de l'Assemblée de Corse, en référence à sa proposition de "green pass" ou "passeport sanitaire" qui vise à conditionner l'entrée dans l'île à la présentation d'un test négatif au Covid-19. Dans l'attente de la position du gouvernement L'idée était d'imposer à toutes les personnes souhaitant séjourner sur l'île un test sérologique au Covid-19 afin de limiter la contagion via l'arrivée (...)

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !