ANALYSE - Invité d'Elizabeth Martichoux ce vendredi 10 avril, Daniel Cohen, professeur à l'école d'économie de Paris et directeur du département d'économie à l'ENS, confirme que "pour les économistes, cette crise ne ressemble à aucune autre" et envisage ses conséquences sur la durée.
Daniel Cohen : face à la crise, "tous les gouvernements, sauf aux Etats-Unis, font ce qu'il faut : augmenter leur dette"

Le gouvernement ne s'en est jamais caché, les conséquences du coronavirus et des mesures de confinement qui en découlent auront de très lourdes conséquences pour une économie française, aujourd'hui à l'arrêt : "Maintenant on le sait, la situation est compliquée parce que cette crise ne ressemble à aucune autre" confirme Daniel Cohen, professeur à l'école d'économie de Paris et directeur du département d'économie à l'ENS. "Personne ne savait rien de l'impact que ça pouvait avoir. Aujourd'hui, on mesure mieux : 3% de perte de croissance par mois. On n'a jamais vu ça, même pendant les années 1930." 

Un choc par ailleurs très inégalement réparti dans la société : "Entre ceux qui sont en télétravail, environ 35% de la population, ceux qui doivent travailler quoi qu'il advienne, environ 20%, et puis il reste 45% de gens qui ne peuvent pas travailler" poursuit-il. "En moyenne, cette population est 75 % plus pauvre que le reste de la (...)

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !