Le secrétaire général de la CFDT, invité de franceinfo, jeudi 2 avril, estime toutefois que ces mesures de chômage partiel ne doivent pas se prolonger trop longtemps. Il estime également qu'il faudra revoir "notre modèle de répartition des richesses" à la fin de cette crise. 
Coronavirus : "Le chômage partiel, c'est sûrement la moins mauvaise des solutions de crise" estime Laurent Berger

Un salarié sur 5 est au chômage partiel, soit 4 millions de personnes, dans 400 000 entreprises depuis le début des mesures de confinement, a annoncé, sur franceinfo, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, jeudi 2 avril . Le chômage partiel en temps de confinement, "c'est sûrement la moins mauvaise des solutions de crise", estime Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT invité de franceinfo, quelques minutes plus tôt.

"Là, le chômage partiel, c'est évidemment un choc pour tout le monde et, pour tous les salariés qui le subissent, une perte de revenus. Mais, c'est la garantie, une fois ce choc passé, de maintenir son emploi". "Mais il y a beaucoup d'inquiétude, évidemment", ajoute le patron de la CFDT. "On a des inquiétudes sur la situation économique plus globale des entreprises. Il ne faut pas que ça dure trop longtemps." Il demande aussi à ce que des entreprises "n'abusent pas" de ces dispositifs.

Coronavirus : retrouvez toutes les informations dans notre direct

Une indemnisation à 100 %, quand c'est possible

Laurent Berger se dit favorable à un taux d'indemnisation passant à 100 % pour tous, et pas seulement pour les salariés au Smic. C'est...

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !