RÉVOLTE - La contestation sociale se poursuivait lundi à Santiago et dans d'autres grandes villes du Chili. Depuis le début de ces protestations au moins onze personnes sont mortes.
Chili : pourquoi une telle explosion ?

Au quatrième jour d'une crise sociale qui a fait onze morts, des milliers de personnes se sont, de nouveau, rassemblées sur la plaza Italia, dans le centre de Santiago. Ce mouvement inédit dans ce pays de 18 millions d'habitants est parti d'une hausse du prix des tickets de métros, avant de s'étendre à des revendications plus larges. Face à cette fronde sociale, le président Sebastian Piñera s'est adressé à son pays, lundi soir et a annoncé une réunion des partis politiques mardi. "Demain, je me réunirai avec les présidents des partis, aussi bien du gouvernement que de l'opposition, pour explorer et j'espère avancer vers un accord social qui nous permette de nous rapprocher tous unis, avec rapidité, efficacité et responsabilité, vers de meilleures solutions aux problèmes qui affectent les chiliens", a déclaré le chef de l'Etat. Quelle est la situation sur place ? Un couvre-feu a été déclaré à Santiago et le bilan est lourd. Le chef de l'Etat a (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !