Pour Amine El Khatmi, président du Printemps républicain, Fabien Roussel « est la cible d'une véritable entreprise de démolition de la part d'une extrême gauche égarée dans le décolonialisme, la complaisance avec l'islamisme et le wokisme disqualificateur. »
Amine El Khatmi : "Soutenir Fabien Roussel face aux attaques, c’est soutenir une certaine idée de la gauche"

La gauche se meurt mais elle n’est pas morte. Enfin, pas encore. Et l’épisode que vient de vivre Fabien Roussel, député, secrétaire national du PCF et candidat à la présidence de la République est emblématique de cette situation autant qu’il est inquiétant sur la dérive actuelle du débat public.Comme cette accusation revient en boucle sur les réseaux sociaux, je précise tout de suite que Fabien Roussel n’est pas « proche du Printemps Républicain ». Je ne l’ai jamais rencontré et il n’a jamais participé à un événement de notre mouvement. Nous avons de forts désaccords et des visions qui diffèrent sur plusieurs sujets. Mais je considère qu’apporter un soutien républicain à Fabien Roussel face aux attaques, c’est soutenir une « certaine idée » de la gauche : républicaine et sociale.Entreprise de démolitionDepuis plusieurs jours, Roussel est la cible d’une véritable entreprise de démolition de la part d’une extrême gauche égarée dans le décolonialisme, la complaisance avec l’islamisme et le « wokisme » disqualificateur, réduite à un noyau dur de militants aussi sectaires que déconnectés de la réalité du pays.À LIRE AUSSI : Sept ans après la marche du 11 janvier 2015, qu'est devenue la...