Réversion : les différences entre les régimes général et complémentaire
Le décès du conjoint, une fois à la retraite, s'accompagne souvent d'une pension de réversion. En pratique, il est même possible d'en avoir plusieurs. Explications.

C’est un coup de pouce indispensable. La pension de réversion, qui profite à 88% aux femmes, permet à celles et ceux dont la ou le partenaire est décédé de profiter d’un rééquilibrage de leurs revenus ; ainsi qu'à d'ores et déjà pu l’expliquer Planet. Très concrètement, les bénéficiaires voient leurs émoluments gonflés d’une - ou de plusieurs, c’est selon ! - nouvelles pensions. Chacune correspond à un pourcentage fixe des revenus perçus par le défunt conjoint. Mais dans quel cas peut-on toucher plusieurs pensions de réversion ? 

Peut-on cumuler deux pensions de réversion ?

En pratique, explique l’organisme AG2R La Mondiale sur son site, il n’est pas toujours possible de cumuler deux pensions de réversion. Ceci étant, il est aussi envisageable d’en conserver davantage, tant que cela n’entre pas en contradictions avec les points suivants :

  • Il est impossible d’être bénéficiaire de deux pensions de réversion provenant du même régime ;
  • Il est impossible d’être bénéficiaire d’une autre pension de réversion du régime de la caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales
  • Il est également impossible d’être bénéficiaire d’une autre pension de réversion du régime de l’établissement national des invalides de la marine
  • Il est impossible, encore, d’être bénéficiaire d’une autre pension de réversion du régime du fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements de l’Etat
  • Il est impossible d’être bénéficiaire d’une autre pension de réversion du régime de la caisse autonome de Sécurité sociale dans les mines
  • Il est interdit, enfin, d’être bénéficiaire de plusieurs pensions de réversion issues de conjoints différents

 Ceci étant dit, rappelle AG2R La Mondiale, il est possible de cumuler plusieurs pensions de réversions obtenues d’un même conjoint. On parle alors de la réversion du régime général et des éventuelles réversions de régimes complémentaires. Mais qu’elles en sont précisément les différences ?

1 - Réversion : les différences d’accès

1/5
1 - Réversion : les différences d’accès

Ne sont éligible à la réversion que les Françaises et les Français répondant aux conditions de ressources imposées aux bénéficiaires. Du moins, dans le cadre du régime général ! Ce dernier impose aux assuré(e)s de ne pas excéder 21 985,60 euros de revenus annuels pour une personne seule et 35 176,96 euros pour un couple en 2022. Mais ce n’est pas le cas dans l’essentiel des régimes complémentaires.

La plupart du temps, ces derniers n'imposent pas de conditions de ressources pour pouvoir bénéficier d’une pension de réversion. Les bénéficiaires de l’Agirc-Arrco ou de l’Ircantec en sont ainsi exonérés, rapporte le site spécialisé Pension de réversion.

2 - Réversion : les différences de revenus

2/5
2 - Réversion : les différences de revenus

Les bénéficiaires d’une réversion peuvent profiter de deux pensions, dès lors que la ou le défunt partenaire cotisait à au moins un régime complémentaire. En revanche, le montant perçu, proportionnellement à chacune des pensions que touchait le conjoint de son vivant, varie.

Dans le régime général, ce dernier est estimé à 54% des droits du défunt. Dans le régime complémentaire, ce montant diffère d’une caisse de retraite à l’autre. Auprès de l’Agirc-Arrco, ce montant est fixé à 60%.

3 - Réversion : quel est l’impact d’une nouvelle union ?

3/5
3 - Réversion : quel est l’impact d’une nouvelle union ?

Certains régimes autorisent la constitution d’une nouvelle union et la perception d’une pension de réversion. C’est le cas du régime général, par exemple. D’autres régimes ; dont l'Agirc-Arrco posent des restrictions en cas de mariage et d’autres - comme l’Ircantec - interdisent jusqu’au PACS. Soyez vigilants et renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite complémentaire.

Voir la suite du diaporama

4 - Réversion : quel âge pour l’ouverture des droits ?

4/5
4 - Réversion : quel âge pour l’ouverture des droits ?

Dans le régime général, il est possible de bénéficier de la réversion dès 55 ans. Si le décès du ou de la partenaire est survenu avant 2009, il est possible de la toucher dès 51 ans, souligne Notre-Temps.

Chaque régime complémentaire est cependant libre de fixer son propre âge minimal. Ainsi, l’Arrco a décidé de prendre 55 ans en guise d’âge de référence quand l’Agirc a opté pour 60 ans.

5 - Réversion : comment ça se passe en cas d’enfants ?

5/5
5 - Réversion : comment ça se passe en cas d’enfants ?

Des majorations sont possibles ; y compris en cas de réversion. Ainsi, le régime général accorde une augmentation automatique du montant de la pension de % pour tout ménage ayant eu au moins trois enfants. 

Le régime complémentaire, pour sa part, permet la transmission des avantages acquis au moment de la réversion.