Les Français n'ont de cesse de retarder leur départ en retraite. Un choix qui, il est vrai, peut présenter des avantages certains…
Istock

Retraite : des départs de plus en plus retardés

Les Françaises et les Français n’ont de cesse de retarder leur départ à la retraite. En 2006, ils cessaient de travaillaient à 61 ans environ, tandis qu’en 2018 l’âge moyen de la cessation d’activité s’établissait à 62,8 ans rapporte Le Figaro. Ce recul s’explique, poursuit le quotidien, par "l’effet conjugué des différentes réformes des retraites et de l’accroissement de l’espérance de vie".

Dans les colonnes du Télégramme, plusieurs retraités ou futurs retraités expliquent leur choix de travailler plus longtemps que nécessaire. Les raisons invoquées sont souvent financières. "Pour ne pas trop perdre", explique par exemple Martine, 64 ans, qui a du repousser son départ de deux ans. Jacques, issu de la fonction publique, compte en faire autant. C’est pour s’assurer un niveau décent de vie après la retraite qu’il se sent contraint de continuer à exercer.

Si certains évoquent aussi la nécessité d’entretenir leur "forme intellectuelle", la plupart parlent seulement de raisons financières. Et pour cause : retarder son départ permet, dans certaines situations, l’obtention de bonus.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.