Le président de la République a annoncé qu'il allait réformer les retraites. Comment préparer son départ dans de telles circonstances ?
Retraite : comment préparer son départ à l'approche de la réforme ?

La réforme des retraites pourrait faire son grand retour. Le chef de l’Etat nouvellement réélu, Emmanuel Macron, n’a pas eu l’occasion de transformer le système de solidarités inter-générations lors de sa première mandature. Cette fois-ci, comme a d’ores et déjà pu l’expliquer Planet, il n’entend pas perdre de temps. Sur France 2, à la mi-avril 2022, le président alors candidat prenait en effet le temps de détailler son hypothétique calendrier. Il projette donc un report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans pour 2027 ou 2028, lequel s’accompagnerait alors d’une clause de revoyure permettant, si nécessaire, de ne pas pousser jusqu’à 65 ans. Le cas échéant, l’âge de 65 ans serait atteint en 2032.

Du reste, a fait savoir le chef de l’Etat, la réforme doit entrer en vigueur assez vite. “Dès la réforme passée durant le quinquennat, on va décaler l’âge légal de 4 mois chaque année”, a-t-il d’abord précisé, comme le rappelle Ouest-France sur son site. Avant d’insister : “À partir de 2023, il y aura quatre mois de décalage, quatre mois l’année d’après”.

La réforme des retraites est-elle nécessaire ?

Force est de constater que la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron ne fait pas consensus. En pratique, elle fait même l’objet d’une vive contestation. Certains de ses proches, c’est le cas de François Bayrou, envisagent donc le recours au référendum pour rendre le projet plus légitime.

Selon le président de la République, cette transformation est nécessaire : elle permet la survie du modèle social à la française et même son expansion. "Je veux pouvoir dès juillet indexer les pensions sur l’inflation, qui est aujourd’hui d’environ 4 %. Je veux mettre la retraite minimum à 1 100 € – elle est aujourd’hui entre 980-990 euros pour quelqu’un qui a une pension complète —, je veux pouvoir continuer à investir sur l’autonomie, notre modèle social…”, a-t-il d’abord rappeler, non sans asséner : “Je finance ces projets en continuant les réformes sur le travail et en allant vers le plein-emploi”.

Il n’empêche, une telle transformation ne peut qu’effrayer les Françaises et les Français qui approchent de la cessation d’activité. Comment peuvent-ils la préparer ? Plus d’informations à ce propos dans notre diaporama ci-dessous.

1 - Anticiper la fin de carrière

1/5
1 - Anticiper la fin de carrière

Ce n’est pas parce que la réforme des retraites approche qu’il ne faut pas anticiper la fin de sa carrière. Au contraire ! Et c’est d’autant plus vrai pour toutes celles et ceux qui sont encore à quelques années de la cessation d’activité : c’est eux qui auront à payer les pots cassés. 

A compter de 55 ans, il devient primordial de prendre le temps de faire le bilan de ses besoins, de ses ressources et de la réalité de sa situation ; hors période de réforme comme l’explique La Retraite en Clair. Ce n’est pas moins conseillé en période de transformation du système : les paramètres changent et il s’avère donc pertinent de réactualiser cette évaluation. 

Si la tâche apparaît complexe à mener, pas de panique : il est possible (et conseillé !) de se faire aider. Vous pouvez solliciter votre caisse de retraite ou un conseiller bancaire. 

2 - Faut-il anticiper son départ à l’approche de la réforme ?

2/5
2 - Faut-il anticiper son départ à l’approche de la réforme ?

A l’approche de la réforme, certains pourraient être tentés de revoir la date de leur départ à la retraite. C’est un phénomène courant, rappelle pour Planet l’économiste Philippe Crevel. Cependant, c’est souvent s’exposer à une perte de revenus potentiels (y compris dans l’ancien régime) qu’il est important de prendre en compte au moment du calcul. S’il est possible de partir au taux plein et sans malus de l’Agirc-Arrco, la question est aisée. Dans le cas contraire, il peut être bon de mesurer le pour et le contre, l’entrée en vigueur de la réforme étant mécaniquement progressif. 

3 - Penser à l’immobilier

3/5
3 - Penser à l’immobilier

Préparer son départ à la retraite à l’approche de la réforme du système de solidarité inter-générations repose sur deux vecteurs patrimoniaux importants, que l’on retrouve aussi en anticipant une cessation d’activité hors période de transformation. 

Le premier, et le plus important des deux d’après l’économiste Florence Legros, c’est l’immobilier. “Tout retraité doit faire de l’acquisition de son logement une priorité. S’il est propriétaire, il fait de fait l’économie d’un loyer fictif. Le plus souvent, cela correspond au calendrier du ménage : mettre sa famille sous un toit est toujours une priorité et le remboursement de l’emprunt correspond fondamentalement à de l’épargne. C’est l’occasion de créer du capital”, explique-t-elle dans nos colonnes.

4 - Penser à l’épargne retraite

4/5
4 - Penser à l’épargne retraite

“Le deuxième vecteur, c’est l’épargne retraite. Il est important, dans un second temps, de se constituer un patrimoine liquidable en rente. Le PER constitue la meilleure des pistes, mais le PEA ou l’acquisition d’une résidence secondaire peuvent aussi s’avérer pertinente tant que la valeur du patrimoine est adossée au niveau de croissance. C’est pourquoi l’assurance-vie est rarement idoine”, juge encore Florence Legros.

5 - Faut-il racheter des trimestres ?

5/5
5 - Faut-il racheter des trimestres ?

Le rachat de trimestre apparaît aussi comme une option viable, à l’approche de la retraite, y compris en période de réforme. Mais quand se lancer ? "Plus on commence tôt, moins le trimestre coûte cher. Son coût est en effet fonction de l’âge et des revenus de l’assuré qui a engagé l’opération. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faut s’y prendre tôt : à ce moment-là, on manque généralement de vision sur les plans que l’on pourrait nourrir en vue de la retraite et on n’est pas à l’abri d’une éventuelle réforme. Compte tenu des aléas de carrière et des aléas juridiques, je dirais qu’il est pertinent de commencer à racheter ses trimestres vers 45 ou 50 ans, environ", indique Philippe Crevel. En l'occurrence, il peut être pertinent d’attendre le temps d’en savoir davantage et d’aviser à ce moment-là.

Comment se préparer pour bien vivre sa retraite ? Echangez gratuitement avec notre formatrice !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.