5 astuces pour préparer sa retraite en période d'inflation
L'inflation malmène le portefeuille des Françaises et des Français. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas continuer à préparer sa retraite ! Nos astuces.

Le gouvernement fait tout son possible pour les préserver. Depuis un moment déjà, les retraités bénéficient de tout ou partie des attentions de l’exécutif. Et pour cause ! Face à l’inflation qui court ces dernières semaines, les anciens actifs se montrent particulièrement vulnérables. Ils n’ont pas, pour l’essentiel, la possibilité d’améliorer le niveau de leur rémunération maintenant qu’ils ont mis un terme à leur activité professionnelle et demandé la liquidation de leurs droits. La hausse des prix à la consommation, estimée entre 5 et 6% sur l’année en cours rappelle BFMTV, ronge donc leurs bas-de-laine avec d’autant plus d’efficacité…

Pendant la campagne qui a précédé sa réélection, à l’occasion de l’entre-deux tours durant lequel il se préparait à affronter Marine Le Pen une seconde fois, Emmanuel Macron s’est donc engagé à revaloriser les pensions de retraite et à les ré-indexer sur l’inflation. Depuis que les Françaises et les Français ont renouvelé sa mandature, la promesse a légèrement évolué, indique Le Parisien sur son site : elle ne concernera finalement que les pensions issues du régime de base — faute d’avoir la main sur les autres.Et le montant exact de la revalorisation ne sera pas mirobolant : il est fixé à 4%, ce qui signifie que les retraités continueront à perdre de l’argent.

Peut-on continuer à préparer sa retraite en période d’inflation ?

Seule solution pour limiter la casse en période d’inflation ? Préparer sa retraite de sorte à s’assurer, in fine, un niveau de rémunération suffisant pour ne pas trop souffrir de la hausse  des prix. Fort heureusement, il est encore possible de le faire, même dans une période comme celle que nous sommes amenés à traverser, indique le site spécialisé Retraite.com. À condition, bien sûr, de savoir comment s’y prendre. Plus d’informations à ce propos dans notre diaporama, que vous retrouverez en conclusion de cet article.

Lancer le diaporama

1 - Ne pas tout miser sur les placements sans risque

1/5
1 - Ne pas tout miser sur les placements sans risque

Première consigne à bien prendre en compte : pour ne pas voir tous ses efforts avalés par l’inflation, il est essentiel de ne pas se concentrer sur les seuls placements sans risque auxquels peuvent penser les futurs retraités. Les livrets A et autres assurances-vie proposent des taux de rémunération trop faibles pour se montrer rentables. En diversifiant son épargne, le risque d’une perte d’argent est, de plus, minoré.

2 - Quels placements risqués choisir, dans ce cas ?

2/5
2 - Quels placements risqués choisir, dans ce cas ?

Puisqu’il peut-être utile de prendre des risques, autant les prendre intelligemment. Pour l’économiste Philippe Crevel, le PEA constitue une bonne piste potentielle. “Il faut oser ne pas être timoré et garder en tête que l’assurance-vie ou le PEA mettent du temps avant d’être rentables. Avant 5 ans, il n’est pas possible de profiter de la fiscalité avantageuse du PEA, par exemple”, rappelle-t-il d’ailleurs.

3 - N’oubliez pas l’immobilier

3/5
3 - N’oubliez pas l’immobilier

L’immobilier, estime la coach en intelligence artificielle Nathalie Cariou, ne doit pas non plus être oublié. “En période d’inflation, c’est l’argent qui perd de la valeur. La valeur intrinsèque d’un bien ne chute pas. C’est donc le bon moment pour acheter un bien immobilier ou une forêt, par exemple”, explique-t-elle.

4 - Penser aux placements indexés

4/5
4 - Penser aux placements indexés

Les placements indexés sur l’inflation, comme cela peut-être le cas de l’immobilier tertiaire, peuvent aussi constituer une solution viable. Ils sont indexés sur l’inflation et continuent donc à rapporter même quand elle croît.

Voir la suite du diaporama

5 - Ne pas délaisser les solutions habituelles

5/5
5 - Ne pas délaisser les solutions habituelles

Ce n’est pas parce qu’il est de bon ton de diversifier son épargne retraite qu’il faut oublier les placements habituels, au contraire. Continuez donc à alimenter votre PER, par exemple !