Mercredi, la journaliste politique a été suspendue d’antenne sur la chaîne d'information pour avoir signé une pétition appelant à voter pour l'un des candidats qualifiés pour le second tour.

Mercredi, la chaîne CNews a annoncé que la journaliste Audrey Pulvar serait suspendue de l’antenne jusqu’au 7 mai, jour du second tour, rapporte l’AFP cité par Le Monde. La direction a reproché à la présentatrice du "Grand Rendez-vous" et du"Grand journal de la présidentielle" d’avoir signé une pétition appelant à faire barrage à Marine Le Pen.

La présence de la signature d’Audrey Pulvar dans une tribune a été signalée par le directeur de campagne de Marine Le Pen, David Rachline et le vice-président du FN, Florian Philippot. Ce dernier a souligné que cela posait "un vrai problème d’impartialité", demandant à la chaîne d’agir. En réaction, la direction de CNews a donc décidé de suspendre Audrey Pulvar, mettant en avant le respect de la "déontologie" et "la nécessité d’un devoir de réserve". "Les journalistes ne doivent pas préciser pour qui ils votent", a-t-elle fait savoir par le biais d’un porte-parole.

Une pétition lancée par la ministre des Familles

Lancée par Laurence Rossignol, la ministre des Familles, et intitulée "Féministes, nous ne voulons pas du Front national. Nous votons Emmanuel Macron !", cette pétition prend ouvertement position contre la candidate du Front national. "L'élection de Marine Le Pen serait à la fois une défaite et un danger pour les femmes. Il ne suffit pas d'en être une pour défendre leurs droits", peut-on lire dans cet appel publié sur Le Huffington Post.

Publicité
Face à cette décision de la chaîne de l’écarter jusqu’à la fin de la campagne présidentielle, de nombreux personnalités ont réagi et ont apporté leur soutien à Audrey Pulvar. "La valeur d'un journaliste c'est son professionnalisme, pas son opinion. Soutien", a écrit Gérarld Darmanin, maire LR de Tourcoing (Nord) sur Twitter. La journaliste a elle-même défendu sa prise de position sur les réseaux sociaux, en expliquant que "tous les jours, des journalistes-éditorialistes d’extrême droite déroulent le programme du FN dans des médias généralistes" et que "ça ne gêne personne".

En vidéo : CNews suspend Audrey Pulvar jusqu'à la fin de la campagne présidentielle

mots-clés : Audrey pulvar, Pétition

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité