Le ministre de l'Economie a vivement réagi aux propos tenus lundi par le président du Medef. Selon lui, vouloir supprimer l'Impôt sur la fortune serait une "provocation".
AFP

Pierre Gattaz a jeté un pavé dans la mare lundi en demandant la suppression de l’Impôt sur la fortune (ISF). "Si on est le dernier pays d’Europe ou du monde à avoir l’ISF, il faut le supprimer", a-t-il déclaré lors de la Conférence annuelle des entrepreneurs. "Il y a un moment, il faut dire ‘ l’ISF c’est dramatique pour le pays, ça détruit de l’emploi, ça détruit de la croissance' ", a-t-il également insisté.

A lire aussi - ISF : les oeuvres d'art n'y seront pas intégrées

"Il ne sert à rien d’en rajouter chaque semaine, c’est de la provocation"Des propos qui ont rapidement fait réagir Emmanuel Macron. "Lorsqu’on est responsable syndical ou responsable politique, on est avant tout responsable, (…) on ne peut pas dire à n’importe quelle seconde de la journée tout ce qu’on pense", a en effet raillé le ministre de l’Economie depuis Londres où il effectue actuellement une visite."En l’espèce, pour ce qui relève de Pierre Gattaz, ce n’est pas la première fois qu’il a une lubie", a-t-il également souligné avant de déplorer que Pierre Gattaz n’a pas accompli sa part du pacte de responsabilité. "Sa part du pacte de responsabilité, c'est d'avoir des dialogues de branche, c'est d'avoir un vrai dialogue social, c'est d'avoir des négociations sur les apprentis, c'est d'avoir des vrais négociations branche par branche. Ce que je constate, c'est que ça n'est pas le cas", a-t-il vivement déploré.

Et l’ancien banquier de chez Rothschild de rappeler : "Notre travail, c’est de réformer le pays. Pour ce qui est de la fiscalité, il y a un pacte de responsabilité et de solidarité (…), il sera exécuté, nous avons eu plusieurs fois l’occasion de le dire". Aussi, Emmanuel Macron a enfoncé le clou en concluant : "il ne sert à rien d’en rajouter chaque semaine, c’est de la provocation".

Vidéo sur le même thème - Emmanuel Macron répond à Pierre Gattaz