Les désaffections sont de plus en plus nombreuses au sein du Parti socialiste et des Républicains. Ils ne sont pas les seuls à devoir gérer d'importants conflits. L'un d'entre eux semble menacer l'équilibre de La République en Marche à quelques mois des élections municipales.
AFP

La course à la mairie de Paris n’en finit pas de diviser. Quatre des cinq concurrents de Benjamin Griveaux au sein de la République en Marche (LREM) demandent la mise en place de "consultations citoyennes", afin d’orienter la Commission nationale d’investiture.

Elections municipales : une division "cachée"

Dans une tribune parue dimanche 15 juin dans Le Journal du Dimanche, les adversaires de Benjamin Griveaux à la mairie de Paris ont exprimé leurs désaccords face à la manière de choisir qui sera candidat LREM aux municipales.

"Parce que le maire est un élu du quotidien, parce que les citoyens sont les meilleurs experts de leurs propres vies, faisons leur confiance", expliquent les signataires de cette tribune.

Anne Lebreton, Mounir Mahjoubi, Hugues Renson mais aussi Cédric Villani ont révélé leur souhait de laisser la population décider du meilleur candidat au sein de LREM. Claire Pitollat, candidate à la mairie de Marseille s’est également joint à cette tribune.

"Entre une désignation précipitée, prise entre les quatre murs d’un mouvement politique et une primaire qui déchire, il y a la place pour un processus fait de débats sereins et de consultations citoyennes", justifie l’un d’entre eux.

Vidéo : test