Planet présentait, il y a peu, les désidératas des Français âgés de 60 ans ou plus. Aujourd'hui, en partenariat avec l'IFOP, nous vous proposons d'en découvrir davantage sur les envies des nouvelles générations. Ces deux désirs d'avenir sont-ils si contradictoires que l'on ne pourrait le penser ?
Présidentielle 2022 : devriez-vous vous inquiéter des envies des jeunes ?Istock
Sommaire

Les aînés vont-ils se faire voler la prochaine élection présidentielle ? Une chose est sûre : ils ne sont pas les seuls à se faire une idée (relativement) précise de l’avenir rêvé pour la France de 2022. C’est également le cas des électeurs moins âgés et parfois même tout juste majeurs. Eux aussi savent quel type de président de la République ils voudraient asseoir à l’Elysée ; quels sujets ils souhaitent voir mis en avant dans les mois et les années à venir ; quelles qualités et quelles valeurs ils attendent de la part de l’homme - ou de la femme ! - qui gouvernera l’Etat de demain. 

Ces envies d’avenirs s’opposent-elles autant que d’aucuns pourraient le croire, au vu et au su de certaines campagnes électorales et de tribunes dénonçant l’âgisme de certains partis politiques ? Pas systématiquement, comme en témoignent les avis recueillis par l’Ifop pour Planet sur la question. Pour le savoir, l'organisme a interrogé un échantillon de 1 012 individus, représentatif de la population française dans sa globalité, ainsi que le garantie la méthode des quotas. Les interviews ont été réalisées le 14 et le 15 avril 2021.

Les Français de plus de 50 ans pourraient-ils se faire voler l’élection présidentielle ?

Plusieurs thématiques apparaissent primordiales aux yeux des Français, indépendamment de la génération à laquelle ils appartiennent. Ainsi, en plein cœur de l’épidémie de coronavirus Covid-19, l’essentiel de la population souhaite que la question sanitaire soit considérée comme la priorité absolue par le prochain chef de l’Etat. C’est vrai pour 80% des moins de 35 ans et 91% des plus de 65 ans. Pour autant, l’écart est plus considérable quand se pose la question de la pandémie actuelle : les plus de 65 ans sont 94% à estimer que le prochain président devrait y consacrer l’essentiel de son énergie… contre seulement 68% chez les moins de 35 ans. Sans grande surprise, ce sont les artisans et les commerçants qui s’avèrent être les moins enthousiastes à l’idée d’autres mesures sanitaires comparables à celles déjà engagées par le passé.

Pour autant, les "boomers" et les autres se rejoignent sur un certain nombre de sujets… Parfois par désintérêt partagé ! Tous deux prêtent assez peu d’importance à la maîtrise des impôts (sujet important pour 36% des 35 - et 44% des 65 +), de la dette (sujet important pour 33% des 35 - et 36% des 65 +) ou aux thématiques concernant l’Europe et l’Union européenne (sujet important pour 16% des 35 - et 22% des 65 +). Il en va de même pour la réforme des retraites (sujet important pour 32% des 35 - et 35% des 65+).

Sur les autres sujets, en revanche… L’équation s’avère un peu plus insoluble.

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.