Le président de la République n'entend pas renoncer à son tour de France, malgré le camouflet que lui a infligé un homme à Tain-l'Hermitage. Il a même tenu à adapter sa communication pour mieux répondre à l'incident. Avec dans l'idée de profiter de cette gifle ?
La gifle va-t-elle profiter à Emmanuel Macron ?AFP

Les images ont fait le tour du monde. Emmanuel Macron a été giflé alors qu’il se rendait à Tain-l’Hermitage (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes), le mardi 8 juin 2021. Cette commune faisait partie des étapes prévues par le président qui vient d'entamer un tour de France pour célébrer la dernière phase du déconfinement de la nation. A l’occasion d’un bain de foule, il a été frappé par Damien Tarel, un jeune homme de 28 ans, proche de l’extrême-droite "sans en être un militant actif", indiquent nos confrères de France Info. Son agresseur est aussi identifié comme un féru du Moyen-Âge, vivant "dans la nostalgie d'une certaine France du passé", insistent-ils. Il est effectivement le président d’une association d’arts martiaux médiévaux.

Pour autant, si secoué ait pu semblé être Emmanuel Macron, le chef de l’Etat n’entend pas reculer, informe Le Figaro. Ce dernier compte donc sur une "communication maîtrisée" pour prouver combien il est toujours prêt à en découdre. "Manière de montrer que le léger coup qu’il venait de recevoir au visage ne l’avait pas sonné, mais plutôt stimulé", commente le quotidien national rangé à droite. Il s'agit donc de donner à voir un président combatif, toujours prêt à relever les défis et à monter sur le ring. Et, pourquoi pas, tirer quelques avantages de cette séquence qui a déjà fait couler beaucoup d’encre.

Emmanuel Macron giflé : à qui profite le coup ?

Une chose est sûre : ce n’est pas à Damien Tarel que ce coup profitera le plus. Ce dernier, qui reconnaît ne pas apprécier le président, estime son acte "regrettable". Et a assuré que cela "ne se reproduira plus", devant les juges. 

Que dire de l’agressé ? Emmanuel Macron pourrait-il récupérer le fruit de cet assaut ? Pas nécessairement, affirme le politologue Christophe Bouillaud, qui enseigne à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP, Sciences-Po) de Grenoble. Ou du moins, pas ainsi qu’il espère le faire. Explications.

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.