Rachida Dati, Anne Hidalgo… Outre Marine Le Pen, habituée de ce type de scrutin, nombreuses sont les femmes à qui l'on prête des ambitions présidentielles. Qui, en 2022, pourrait donc remporter l'Elysée ?
Il faut qu'une femme soit présidente, estime Ségolène Royal : qui sont les candidates les plus probables ?AFP
Sommaire

"Il est temps qu'une femme soit présidente", affirmait récemment Ségolène Royal, ancienne candidate malheureuse, qui briguait l'Elysée en 2007. Si la socialiste, dit-elle, ne pense pas nécessairement à s'engager, elle estime visiblement qu'il est désormais nécessaire de changer considérablement les choses. C'est pourquoi elle s'est lancée, révèle Le Parisien, dans la rédaction de deux ouvrages importants : l'un traite de la "bonne gouvernance" et l'autre de "justice climatique". Des livres politiques s'il en est, qui pourraient potentiellement servir de tremplin vers une campagne ? "Je ne laisserai pas faire n'importe quoi à la présidentielle", alerte-t-elle en tout cas.

De toute évidence, il apparaît probable que Ségolène Royale pense à une potentielle élection en 2022. Au cours des interviews qu'elle a pu accorder à la presse, elle n'a eu de cesse de se positionner en opposition à Emmanuel Macron et à sa ligne ; autant qu'à brosser le portrait des candidat(e !)s susceptibles de séduire les Françaises et les Français. Étonnamment, ce dernier rappelle à bien des égards le sien. Les électrices comme les électeurs, dit-elle, "sont vaccinés contre les candidats surgis de nulle part et parés de toutes les vertus". 

Et elle de poursuivre : "Je pense qu'ils feront le choix de figures expérimentées, comme aux Etats-Unis avec Biden. Avec leurs qualités et leurs défauts connus et pas découverts en cours de mandat : c'est moins glamour mais plus sûr !"

Qu'attend Ségolène Royal pour entrer en campagne ?

Ségolène Royal le reconnaît elle-même : rien n'est exclu. "Si cela s'avère utile, dans le cadre d'une décision collective, à commencer par le PS, je suis prête", explique-t-elle. Avant d'ajouter qu'elle a "l'expérience d'une campagne", pour en avoir déjà mené une. Mais elle se dit aussi capable de lâcher du lest si nécessaire : "Si quelqu'un est mieux placé que moi à gauche pour rassembler et pour mener campagne, ça ne me posera pas de problème de le soutenir".

Or, il se pourrait que ce soit le cas. Comme l'explique Le Parisien, une autre femme fait de l'oeil à la gauche… Une certaine Anne Hidalgo.

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.